Wellens : "J'ai modifié mon programme pour disputer les Strade Bianche"

Wellens : "J'ai modifié mon programme pour disputer les Strade Bianche"
Wellens : "J'ai modifié mon programme pour disputer les Strade Bianche" - © DAVID STOCKMAN - BELGA

Quatorze Belges seront au départ des Strade Bianche samedi à Sienne. La moitié d'entre eux représentent Lotto Soudal. Tiesj Benoot et Tim Wellens sont annoncés comme les fers de lance, tandis que Sean De Bie, Bart De Clercq, Nikolas Maes, Maxime Monfort, Jurgen Roelandts et le Polonais Tomasz Marczynski doivent leur ouvrir la route du succès. Les sept autres compatriotes ont été sélectionnés par BMC (Greg Van Avermaet et Ben Hermans), Orica-Scott (Jens Keukeleire), LottoNL-Jumbo (Floris De Tier), Trek Segafredo (Jasper Stuyven), Quick-Step Floors (Julien Vermote) et Cannondale-Drapac (Sep Vanmarcke).

Lotto Soudal affiche ses ambitions et reconnaîtra les trente derniers kilomètres vendredi.

"Je veux faire mieux que l'an dernier (8e, ndlr)", affirme Tiesj Benoot. "Ma condition est en tout cas aussi bonne, peut-être même meilleure. Je profite à présent des enseignements de ma première participation, de la connaissance du parcours et du fait de pouvoir évaluer la pression nécessaire pour les pneus. Je suis également un an plus âgé. Ce fut une belle expérience l'année passée et les Strade Bianche ont décroché une place dans mon top cinq des courses printanières. Il s'agit d'une épreuve où s'affrontent les spécialistes des classiques flamandes et wallonnes, un duel auquel on n'a pas souvent l'occasion d'assister. La participation est impressionnante et il s'agit d'une épreuve du plus haut niveau. Il conviendra d'économiser ses forces le plus longtemps possible. L'arrivée à Sienne est de plus très raide. Si un groupe se détache près de la banderole, le plus fort gagnera. Chez Lotto Soudal, nous avons deux leaders. J'espère pouvoir réaliser quelque chose de beau dans le final avec Tim..."

Wellens, justement, fort des trois succès déjà remportés cette saison, exprime son envie d'une victoire dans une course du WorldTour. "J'aspire à signer un bon résultat et j'y suis déterminé", assure-t-il en effet. "Je n'ai encore jamais disputé les Strade Bianche, mais lorsque je regarde le parcours, je constate qu'il me convient. J'ai d'ailleurs spécialement modifié mon programme afin de disputer cette course, en étant du coup forcé de renoncer à Paris-Nice. Je prendrai donc le départ de Tirreno-Adriatico, que je découvrirai également, mercredi prochain. Chez les Espoirs, j'ai disputé le Tour de Toscane et une étape comprenait des secteurs en gravier. Cela m'avait plu mais j'ai été victime d'une crevaison dans les trois derniers kilomètres et j'ai donc dû laisser la victoire à Fabio Aru. La chance sera d'ailleurs aussi un facteur important samedi, et j'espère que j'en aurai un peu. Rouler sur du gravier n'est pas comparable aux pavés. Il faut être plus attentif dans les virages et adapter sa vitesse car les graviers sont plus glissants. A l'approche de ces secteurs, cela sera aussi nerveux. Il faudra beaucoup frotter mais cela ne me fait pas peur. Mes équipiers m'entoureront et me protègeront..."

Belga

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK