Voici pourquoi Merckx n'a jamais gagné à Waregem

En 75 ans d'histoire, "A Travers la Belgique", devenue "A Travers la Flandre" en 2000 en a connu quelques belles aventures. Parmi d'autres, en voici cinq.

1966 : Merckx déclassé et furieux

Le nom d’Eddy Merckx ne figure pas au palmarès de la course. Et il y a une explication à cela. En 1966, la victoire se joue au sprint entre quatre coureurs : le Néerlandais Peter Post et les Belges Willy Bocklant, Walter Godefroot et Eddy Merckx. Entre ces deux derniers coureurs, la tension est vive depuis que Godefroot a battu Merckx un an plus tôt aux championnats de Belgique. Au moment de négocier un virage étroit et serré à 150 mètres de la ligne d’arrivée, Godefroot tente de se frayer un passage entre Merckx et les barrières Nadar. Le Bruxellois n’ouvre pas la porte et le champion de Belgique se retrouve au tapis et franchit la ligne en glissade derrière Eddy. Merckx gagne donc mais il est ensuite déclassé. Une décision que le Bruxellois conteste estimant que Godefroot est le seul responsable de sa cabriole. " Je n’ai commis aucune faute. Godefroot a heurté le pied de la barrière. Je n’y peux absolument rien. Je roulais en tête et Walter a voulu passer alors qu’il n’y avait pas la place. Il aurait pu tenter de passer par l’autre côté mais là il savait qu’il était sûr d’être battu. " Mécontent, Merckx jura de ne plus jamais prendre le départ à Waregem…et il tint parole !

1953 : Briek Schotte remporte le premier triptyque

Nouveauté : " A Travers la Belgique " compte trois jours de course. Les organisateur ont ajouté un contre-la-montre individuel. Pour la première fois les Belges sont dominés sur leur terrain. Le Néerlandais Wout Wagtmans remporte les deux premières étapes et plus rien ne semble pouvoir le priver du succès final avant le chrono de 29 km dans les rues de Waregem. L’avantage de Wagtmans est de plus d’une minute mais il craque et c’est Briek Schotte qui remporte le classement final. Schotte remettra cela trois ans plus tard.

1985 : Vanderaerden laisse gagner Planckaert

Eric Vanderaerden s’est lancé dans un fameux raid solitaire à plus de 40 km de l’arrivée. Les coureurs de l’équipe Lotto font de gros effort pour maintenir un écart raisonnable avec le blond limbourgeois, emmenant involontairement avec eux Eddy Planckaert, équipier de Vanderaerden chez Panasonic. Soudain chez Lotto les batteries sont plates et Planckaert, qui s’est contenté de suivre, fait le bond seul et rejoint le leader. A deux, ils vont repousser la concurrence à plus de trois minutes. L’apothéose s’annonce superbe. Le public est enthousiaste à l’idée de voir comment les deux très véloces coureurs de Peter Post vont se départager au sprint. Mais à la grande déception de la foule, Eric Vanderaerden laisse gagner Eddy Planckaert qui ne doit même pas accélérer pour s’imposer. Quelques jours plus tard, Vanderaerden triomphera au Tour des Flandres et à Gand-Wevelgem. En laissant gagner Planckaert à Waregem, le champion de Belgique savait manifestement très bien ce qu’il faisait… Vanderaerden finira quand même par gagner à Waregem six ans plus tard.

1994 : trois futurs coaches nationaux

Dans les années ’90, Carlo Bomans et Ludwig Willems figurent parmi les plus fidèles et les plus appréciés lieutenants du peloton.

Entre le Valkenberg et l’Eikenberg, une accélération de Marc Sergeant isole neuf coureurs dont le duo Bomans-Willems, entièrement dévoué à la cause de Johan Museeuw chez GB-MG. Ludwig Willems démarre dans le Paterberg, suivi de Bomans et Sergeant (Novemail-Histor). Une situation de deux contre un que va parfaitement mettre à profit le tandem de Patrick Lefevere. C’est indirectement Sergeant qui va décider du nom du vainqueur. Il répond à un premier démarrage de Willems mais doit laisser filer Bomans vers la victoire. La ville de Waregem a souvent bien réussi à Carlos Bomans qui y fut aussi sacré champion de Belgique en 1989. 

Ludwig Willems deviendra sélectionneur national chez les dames. Marc Sergeant et Carlo Bomans chez les messieurs !

2001 : le sacre de "Rambo"

Niko Eeckhout et Thierry Marichal surprennent tout le monde après 8 km de course. Une pluie glaciale s’écrase sur le visage des deux coureurs de l’équipe Lotto, absolument héroïques. Dans le Vieux Quaremont, à plus de 50 km de l’arrivée, le Ouest-Flandrien se débarrasse de son équipier wallon. A l’attaque pendant 193 km, " Rambo " s’impose à Waregem avec une bonne minute d’avance sur Wilfried Peeters. Cinq ans plus tard, Eeckhout couronnera sa carrière avec un titre de champion de Belgique.