Van der Breggen et D’hoore avant le Ronde : "Durcir la course dans l’intérêt de notre équipe"

Jolien D’hoore et Anna Van der Breggen disputent ce dimanche le dernier Tour des Flandres de leur carrière. Un moment forcément particulier mais qui passe après les ambitions sportives. Les deux trentenaires partagent un objectif : faire gagner leur équipe SD Worx.

Pour l’ancienne championne de Belgique, ce Ronde a une saveur particulière. "Cette course représente beaucoup pour moi. J’habite dans la région, ce sont mes routes d’entraînement. C’est une course avec beaucoup de prestige pour tous les Belges et certainement pour moi. C’est une course qui me tient à cœur. Tout a une fin. L’année prochaine quand je serai sur le bord de la route, cela me manquera certainement mais là, je veux en profiter et tout donner pour l’équipe. En espérant que l’équipe s’impose".

Meilleure équipe du monde depuis plusieurs saisons, SD Worx sera au centre de toutes les attentions. L’équipe a déjà gagné à six reprises cette année avec six coureuses différentes. L’équipe alignée totalise deux victoires et 7 podiums sur le Ronde. Toutes les coureuses comptent au minimum un top 10. Ce bloc sera difficile à morceler, il fait la force de la formation néerlandaise.

"Avoir une équipe forte, c’est très bien. Surtout au Tour des Flandres où c’est difficile de tout miser sur une seule personne", analyse Anna Van der Breggen, lauréate en 2018. "On prend le départ avec une équipe où le danger peut venir de partout. Cela rend la course très ouverte. On démarrera évidemment avec un plan et on essayera de s’y tenir. Mais si ça ne fonctionne pas, si les autres équipes agissent différemment, il faudra réagir. Le plus important est d’avoir confiance en son équipe et de vouloir faire sa propre course. La tactique parfaite ? On doit toujours être présente devant, dans chaque échappée. On doit avoir dans l’idée de toujours garder le contrôle et de rester calme jusqu’à la fin. C’est ce qui procure le meilleur sentiment quand on gagne une course"

"On doit durcir la course dans l’intérêt de notre équipe"

"Nous avons quatre leaders et elles peuvent toutes gagner ce dimanche", souligne Jolien D’hoore, 2e en 2015. "Je serai à leur côté, aussi parce que je connais bien les routes. S’il y a des échappées, j’espère être avec. On doit durcir la course dans l’intérêt de notre équipe. Chantal Blaak et Anna Van der Breggen ont besoin d’une course difficile. A nous de le faire. Si c’est le cas je ne serai pas là dans le final. Peu importe. Si j’ai pu apporter ma pierre à l’édifice et que l’équipe gagne, je serai heureuse".

Les girls de SD Worx trouveront un terrain à la mesure de leurs ambitions. "Par nature, le Tour des Flandres propose une course difficile. Encore plus cette année avec les changements du parcours (2 côtes et 17 kilomètres en plus que l’an dernier). Le parcours permet de rendre la course difficile", estime VDB.

De retour de trois semaines de stage en altitude, la Néerlandaise n’a plus couru depuis un mois. "J’ai bien récupéré cette semaine. Je me sens bien. L’envie de courir est là."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK