Un Tour, un exploit : 2014 Nibali : quand le monde du requin se met à la Planche

Vincenzo Nibali apparait comme un champion romantique. Déjà lauréat du Tour d’Italie et du Tour d’Espagne, depuis 2014 il figure dans " le club des sept " vainqueurs des trois grands Tours. Comme Jacques Anquetil, Felice Gimondi, Eddy Merckx, Bernard Hinault, Alberto Contador et Christopher Froome. Nibali brille sur tous les terrains. Il s’illustre aussi dans les classiques. Toujours avec panache. Sur le vélo, c’est un virtuose, un des meilleurs descendeurs de l’histoire du cyclisme.

Lundi 14 juillet 2014 - étape 10 : Mulhouse - La Planche des Belles Filles 161,5 km

Cette dixième étape est marquée par de nombreuses chutes. Les routes sont souvent étroites et humides et donc rendues très glissantes. La victime du jour est Alberto Contador, victime d'une chute et d'une fracture du tibia. Cinq jours après Froome, c'est un autre ancien vainqueur qui quitte le Tour. La Grande Boucle est décapitée.

"Purito" à l'attaque

Joaquim (dit "Purito") Rodriguez est un ancien vainqueur de la Flèche Wallonne, il reste sur un doublé au Tour de Lombardie et il est vice-champion du monde. A Florence, seule une drôle de stratégie au sein de l'équipe espagnole l'a privé du titre mondial. Le petit grimpeur catalan (1,69 m et 58 kg) aborde seul en tête le pied de la redoutable ascension de la Planche des Belles Filles.

Le nom de ce sommet tirerait son origine d’une légende selon laquelle les jeunes filles du village voisin se seraient suicidées durant la guerre de Trente Ans pour échapper aux mercenaires suédois. C’est la deuxième fois qu’une arrivée d’étape est située au sommet de la station de sports d’hiver vosgienne. Deux ans plus tôt, Chris Froome alors entièrement dévoué à Bradley Wiggins s’y était imposé. 

Le rôle de Scarponi

Vincenzo Nibali est parfaitement protégé et ensuite lancé par le vainqueur du Tour d'Italie 2011, Michele Scarponi. "Scarponi lui a permis de gagner le Tour", affirme Alessandra De Stefano, journaliste à la télévision italienne (RAI), en insistant sur le rôle essentiel joué par  son équipier tragiquement décédé en avril 2017, percuté par un van, alors qu'il s'entraînait près de chez lui

Nibali rejoint Rodriguez un peu avant la flamme rouge. L'image est saisissante, le contraste aussi : Purito (dossard numéro 21) en danseuse et le champion d'Italie (numéro 41) assis sur sa selle. A 700 mètres de la ligne, là où la Planche des Belles Filles est un mur, "le Requin de Messine" s'envole et triomphe avec panache. En stage à Tenerife sur le volcan Teide, quelques semaines plus tôt, le Sicilien s'était entraîné en effectuant des exercices de simulation basés sur la vitesse atteinte deux ans plus tôt au même endroit par Froome.

"Est-ce que Nibali est en train de gagner le Tour aujourd'hui ?", s'interroge Laurent Bruwier quelques instants avant que l'Italien franchisse la ligne. Et dire qu'on n'a encore abordé ni les Alpes ni les Pyrénées... Et le commentateur de la RTBF, sous le charme du champion italien, de poursuivre "un papa vernisseur qui lui avait confectionné sa première bicyclette et une maman vendeuse de vidéo-cassettes; c'est grâce à cela qu'il est devenu fan de Francesco Moser et cela lui a donné le goût de quitter sa Sicile natale pour la Toscane afin d'y faire carrière et trouver sa place".

En ce 14 juillet, on l'aura enfin vu ce maillot de champion d'Italie. Sur la totalité de ce Tour de France 2014, Nibali n'aura en effet laissé le maillot jaune qu'à Marcel Kittel le premier jour et à Tony Gallopin lors de cette étape de la Planche des Belles Filles.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK