Un passage éclair en Belgique, un test à Tirreno, Campenaerts poursuit sa préparation pour le record de l'heure

Un passage éclair en Belgique, un test à Tirreno, Campenaerts poursuit sa préparation pour le record de l'heure
Un passage éclair en Belgique, un test à Tirreno, Campenaerts poursuit sa préparation pour le record de l'heure - © ANN BRAECKMAN - BELGA

Victor Campenaerts a axé tout son début d'année autour de sa tentative de record de l'heure. L’échéance a été fixée à la mi-avril. Après un long stage en Namibie, le médaillé de bronze des Mondiaux d'Innsbruck va reprendre la compétition à Tirreno-Adriatico. Pendant ce temps-là, son équipe s'est rendue au Mexique pour finaliser certains détails logistiques de sa tentative.

Le temps du spécialiste du chrono est compté et il cherche à le rentabiliser. Son retour en Belgique a été particulièrement chargé entre rendez-vous avec la presse et examens médicaux. Surtout il a enfin retrouvé son lit. "De retour à la maison à Herent, j’ai vidé ma valise et ensuite j’ai dormi comme une souche, et pour la première fois dans mon lit depuis fin 2018. Ce fut un plaisir de se retrouver dans un environnement familier."

Après quelques jours en Belgique, il a déjà refait ses bagages. Direction l'Italie et Tirreno-Adriatico.
 Sur les routes italiennes, il ne prendra pas le moindre risque. "J'espère que je ne tomberai pas ou si cela devait arriver que ce sera une petite chute. Je ne vais pas prendre de risques ici. Je ne le fais d'ailleurs presque jamais. Je ne suis pas vraiment maladroit et il se peut que je serre les freins un peu plus vite".  Un chrono de dix kilomètres, prévu le dernier jour de course, servira à tester sa forme.

Pendant ce temps-là, Kevin De Weert a déjà été au Mexique. "Victor préfère séjourner dans une maison, nous souhaitions donc voir différentes options. Suffisamment de place, sécurité et une distance acceptable jusqu’à la piste étaient les critères les plus importants. Nous les avons trouvés. Par ailleurs, nous avons visité la piste. Nous souhaitions prendre des rendez-vous en ce qui concerne les heures d’entraînement, régler le problème du derny, ainsi que les aspects organisationnels en compagnie de notre partenaire Golazo, la signature des contrats,… Nous avons également cherché des hôtels pour l’UCI, Tissot, les contrôleurs antidopage,... et régler le transport sur place. Nous avons envisagé toutes les facettes pour offrir à Victor une préparation optimale. Lorsqu’il voyagera le 27 mars, il pourra s’installer sans le moindre souci”, explique-t-il dans un communiqué de Lotto-Soudal.
 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK