Un lourd héritage pour Deceuninck

Malgré les départs de Terpstra, Gaviria, De Plus ou Schachmann, Patrick Lefevere garde le sourire. Son effectif est compétitif sur tous les terrains. Une équipe qui a remporté 73 courses en un an ne peut pas s’arrêter de gagner.

L’hiver n’a pas changé l’état d’esprit de la meute. L’appétit est là. Toujours présent presque insatiable. Si la mue attendue a vu partir Terpstra et Gaviria deux des loups les plus voraces, Patrick Lefevere a fait de la place pour les louveteaux aux dents longues.

Hodeg et Jakobsen, révélations de 2018 seront attendus comme successeurs de Gaviria alors que Lampaert devra combler le vide laissé par Terpstra.

Héritière de la structure aux 73 succès, la nouvelle équipe Deceuninck sait que la moisson ne sera pas toujours aussi florissante. Mais Patrick Lefevere se base sur deux principes immuables : un encadrement hors norme et un sprinter de classe mondiale… Avec Viviani, dans ses rangs, Lefevere sait que cette garantie de victoires amènera rapidement la sérénité dans l’équipe.

Une façon d’ôter la pression sur ses leaders en début de saison… car l’effectif 2019 a fière allure malgré les départs. Alaphilippe, Jungels, Lampaert, Gilbert et Stybar, l’équipe compte des vainqueurs potentiels sur tous les terrains.

Dénicheur de talent, Patrick Lefevere n’a pas été chercher bien loin sa nouvelle pépite. Double champion du monde junior, Remco Evenepoel est considéré comme le plus grand espoir belge. Un talent qui, il y a trois ans ne roulait pas à vélo.

Mais pas question de brûler les étapes, Evenepoel commencera la saison en Argentine … loin des médias européens. Evenepoel doit apprendre. Le passage des juniors aux pros comme aime le préciser Patrick Lefevere "C’est comme quand tu quittes le secondaire pour aller à l’université. Même si tu étais un bon élève, tout recommence à zéro."

Avec Evenepoel d’un côté Gilbert de l’autre … ce sont les extrêmes des générations. Le maître et l’élève en quelque sorte … car quand Gilbert a débuté chez les professionnels, Remco savait à peine marcher. "C’est un rêve, c’est un honneur de rouler avec Phil. Il a été champion du monde, c’est un des champions de notre sport. On parle beaucoup, il me donne beaucoup de conseils. C’est très chouette d’avoir quelqu’un comme Phil dans notre équipe. J’espère qu’il pense ça de moi aussi."

Au sein du Wolfpack, Remco Evenepoel veut grandir, prendre du plaisir, s’épanouir et apprendre… "apprendre à gagner des courses" confie-t-il en souriant, conscient que cela viendra avec le temps car on ne naît pas loup, on le devient en apprenant à aiguiser ses crocs.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK