Trois questions à Cyril : "Primoz Roglic me rappelle un certain Remco Evenepoel"

Remco Evenepoel et Primoz Roglic
Remco Evenepoel et Primoz Roglic - © AFP - RTBF

Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a montré à tous ses adversaires, Egan Bernal (Ineos) en tête, qu'il était bel et bien le patron et le grand favori de ce Dauphiné 2020 après avoir remporté la "bagarre des ténors" et la deuxième étape au sommet du Col de Porte.

Avec cinq victoires en l'espace de sept jours de course, le Slovène est quasiment imbattable cette saison à l'instar, dans un autre style, de son coéquipier Wout van Aert, qui a travaillé pour son leader ce jeudi après avoir remporté la première étape hier, ou d'un certain... Remco Evenepoel (Deceuninck - Quick-Step), qui a remporté neuf victoires en 2020 et les quatre courses par étapes auxquelles il a pris part. Vivement de voir ces deux-là au départ de la même épreuve !

"Primoz Roglic a marqué des points en prenant du temps à ses adversaires, mais aussi psychologiquement vis-à-vis notamment d'Egan Bernal, qui a explosé de sa roue, a souligné notre consultant Cyril Saugrain. D'autres se rassurent peut-être un peu, même s'ils ont bien compris que Primoz Roglic était pour l'instant un cran au-dessus de tout le monde. Il a un excellent rapport poids-puissance : c'est un tout petit gabarit avec une puissance de rouleur. Sur un chrono, il est très fort, et en montagne, il fait parler ce rapport poids-puissance. Cela me rappelle un certain Remco Evenepoel, qui est dans le même style : quelqu'un qui roule très vite, avec un gabarit de grimpeur. Il fera partie des grands favoris du prochain Tour de France, mais il y a du monde qui pousse à la porte. Jumbo-Visma vient de remporter les deux premières étapes et domine ce Dauphiné, alors que Primoz Roglic mène 1-0 face à Egan Bernal après l'étape d'aujourd'hui."

Quant à Chris Froome (Ineos), à la dérive hier, il a cette fois gardé le rythme des meilleurs durant plus de dix kilomètres au cours de l'ascension du Col de Porte avant de lâcher à un peu plus de quatre kilomètres du sommet. Le quadruple vainqueur du Tour de France a terminé à la 49ème place, à 8:32 du vainqueur.

"Il n'est pas venu sur le Dauphiné pour viser un classement général, le leader d'Ineos c'est Egan Bernal, on le sait. Il est là pour travailler, progresser. Il était posé devant Geraint Thomas, mais le relais de Michal Kwiatkowski était tellement puissant qu'il l'a fait exploser. Les relais de Geraint Thomas puis de Pavel Sivakov ensuite ont été bien plus courts. Je ne suis pas si inquiet que ça pour lui : il progresse, les trois étapes à venir seront importantes pour lui pour se faire une condition et gagner sa place dans la sélection d'Ineos pour le Tour."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK