Tour de Wallonie : Critiqués par les coureurs, les organisateurs s'excusent de l'état des routes

Greg Van Avermaet
Greg Van Avermaet - © Twitter Greg Van Avermaet

La deuxième étape du Tour de Wallonie, disputée ce mardi entre Frasnes-lez-Anvaing et Wavre et remportée par le Français Arnaud Démare (Groupama-FDJ), a été marquée par plusieurs chutes, heureusement essentiellement sans gravité, au sein du peloton.

La faute, notamment, à des routes en piteux état, comme l'ont signalé plusieurs coureurs sur les réseaux sociaux en début de soirée.

>> Philippe Gilbert prend vingt secondes de pénalité après son attaque

"J'aime la nourriture saine, mais regarder les légumes d'aussi près n'est pas ce que j'avais prévu pour cette étape, s'est amusé Greg Van Avermaet (CCC), qui a chuté dans un champ, sur Twitter. J'ai roulé dans un gros trou et je suis tombé. Je suis heureux d'être OK !"

"Essayer d'éviter les trous sur la route du Tour de Wallonie aujourd'hui ? Mission impossible !", a lui ironisé Iljo Keisse (Deceuninck - Quick-Step).

"Carton rouge à l'organisation du Tour de Wallonie aujourd'hui, a surenchéri son coéquipier Florian Sénéchal. Un circuit bien trop dangereux pour une arrivée au sprint, une route en mauvais état, trop de pièges au bord de la route. On réagit toujours quand il y a un mort ou une blessure sérieuse. La sécurité des coureurs n'est-elle pas la priorité ?"

Les organisateurs ont de leur côté tenu à présenter leurs excuses : "L’état de certaines routes empruntées laissait à désirer et les organisateurs de l’épreuve veulent s’en excuser tout en soulignant que ces routes secondaires n’étaient pas le premier choix de parcours", ont-ils souligné sur les réseaux sociaux de l'épreuve.

Avant de préciser : "Les forces de police des zones et communes traversées dans l’étape de lundi ont été mobilisées pour sécuriser la zone d’arrivée, à huis clos en raison de la crise sanitaire en recrudescence. Cela a fait que les axes importants n’ont pas pu être empruntés comme initialement prévu, ce qui a obligé les organisateurs à opter in extremis pour des routes secondaires, dont certaines étaient en mauvais état, a expliqué Christophe Brandt, administrateur délégué de TRW Organisation. Nous garantissons la qualité de l’état des routes pour les deux dernières étapes."

"Les gars, désolé pour l'état des routes aujourd'hui, a également répondu, toujours sur Twitter, Christophe Brandt à plusieurs coureurs. C'est ma faute, je n'ai pas d'excuse."

"Merci Christophe ! On réalise bien que ce n'est pas toujours facile (surtout maintenant avec les villes qui ne donnent pas autorisation de passage à cause du Covid), lui a signalé l'ancien Champion de Belgique Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale). Nous nous rendons compte que sans toi, on ne pourrait même pas courir maintenant."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK