Tops, flops, coups de cœur et de gueule : Bulens et Saugrain refont le printemps cycliste

La période des Classiques printanières s’est terminée ce dimanche avec la victoire de Tadej Pogacar sur Liège-Bastogne-Liège. Un bel épilogue après deux mois de courses spectaculaires sur lesquelles notre équipe de consultants – composée de Gérard Bulens et de Cyril Saugrain – est revenue dimanche soir.

Les deux hommes ont avant tout été charmés par cette dernière épreuve qui confirme la possibilité pour les hommes de Grands Tours de briller sur les Classiques. "On a une nouvelle génération de coureurs", constate Gérard Bulens. "Il faut remonter dans le temps et penser à Eddy Merckx, à Bernard Hinault qui sont venus gagner ici et qui ont aussi gagné un Grand Tour. Les coureurs d’aujourd’hui ont faim. Les coureurs d’aujourd’hui se sont rendu compte que gagner un Tour de France en y consacrant toute sa saison, c’est quelque chose qui devenait ennuyeux. Ils se sont désormais rendu compte qu’ils peuvent briller tout aussi bien dans des Classiques que dans les Grands Tours. C’est à notre avantage à tous en tant que passionnés et spectateurs."

Même enthousiasme du côté de Cyril Saugrain qui a véritablement pris son pied sur la Doyenne. "Quand on voit l’attitude d’un Carapaz, j’espère que ça va donner envie à d’autres coureurs de venir. C’est un vrai bonheur de voir ce genre d’attitude. Et puis ça peut permettre à ces protagonistes du mois de juillet d’arriver avec un peu moins de pression en été."

Lancés par les questions de Rodrigo Beenkens, nos deux consultants ont poursuivi en faisant le bilan de cette première partie de saison qui aura marqué les esprits. Voici leurs réponses.


►►► À lire aussi : Liège-Bastogne-Liège : le classement complet

►►► À lire aussi : Entre grandes joies et petites déceptions : retour sur le printemps réussi du 'couteau suisse' Van Aert

►►► À lire aussi :  Cyclisme : Retrouvez toutes les victoires belges de la saison 2021


 

Liège-Bastogne-Liège et Gand-Wevelgem ont fait vibrer nos consultants

Question : Quelle a été la plus belle Classique du printemps ?

Saugrain : "Pour moi, c’est Liège-Bastogne-Liège. Il y a eu du mouvement, il y a eu de la course. J’ai bien aimé le final. Ça s’est fait à la pédale à tous les niveaux. Du mouvement de course. J’ai vraiment apprécié Liège."

Bulens : "Gand-Wevelgem. On a vu une attaque dès le départ avec le vent présent ce jour-là. C’est sans doute la seule des courses du printemps où Wout van Aert a pu compter sur un équipier avec lui à l’avant. Le fait d’avoir déclenché tout de suite et d’aller au bout a montré la force de l’attaquant."

Van Aert et Valverde, les hommes du printemps : "Je conseille à Alejandro de continuer"

Question : Quel est pour vous l’homme du printemps ?

Bulens : "Ce qu’Alejandro Valverde a montré à 41 ans, la façon dont il a mené les 2 classiques wallonnes, c’est remarquable. Il doit bien réfléchir. Le cyclisme est très prenant. Se retrouver l’année prochaine avec la famille à gérer… Je lui conseille de continuer."

Saugrain : "Wout van Aert a été présent dans toutes les courses. Il a été capable de gagner mais surtout d’évoluer dans différents registres. On l’a vu sur Tirreno et puis sur les Classiques. Puis il y a Pogacar qui vient gagner Liège alors qu’il a aussi remporté Tirreno-Adriatico. Ce qu’a fait Wout (14 jours de course, 4 victoires et 12 Top 10), c’est juste phénoménal."

Hirschi, Wellens, l’équipe AG2R : les déceptions

Question : quelle a été votre déception du printemps ?

Saugrain : "J’attendais beaucoup de Marc Hirschi mais le changement d’équipe n’a pas facilité la tâche. J’attendais peut-être un peu plus de Tim Wellens. Il est toujours là mais quand ça se décide, il n’arrive pas à passer ce cap."

Bulens : "Ce n’est pas un coureur mais pas une équipe que je vais citer. Une équipe qui a voulu passer d’équipe de Tours à équipe de Classiques avec Bob Jungels et Greg Van Avermaet. C’est l’équipe AG2R – Citroën. Pour des circonstances diverses, cette équipe est passée à côté de son printemps. J’attendais mieux de leur part."

Saugrain : "J’envisageais aussi beaucoup de choses après la réorientation de l’équipe AG2R. Ils sont là mais il n’y a pas beaucoup plus de résultats que quand Oliver Naesen était seul."

Le Wolfpack : "Une équipe phénoménale"

Question : Quelle a été la meilleure équipe du printemps ?

Bulens : "Le Wolfpack trouve toujours la solution pour gagner de belles courses et parfois de manière extraordinaire. L’équipe de Patrick Lefevere a encore un grand avenir devant elle." (NDLR : 1ère équipe en termes de victoires (20), Top-3 (47) et Top 10 (91) depuis le début de saison).

Saugrain : "C’est une équipe phénoménale qui joue sur tous les registres. Une équipe qui court juste, qui prend des risques et qui essaie de plus en plus de choses. En plus de cela, il y a l’éclosion de jeunes coureurs."

Le cyclocross à la fête et Vansevenant : les coups de cœur du printemps

Question : Quels ont été vos coups de cœur ?

Saugrain : "La confirmation d’un autre champion qui sort du cyclocross, c’est Tom Pidcock. C’est un coureur qu’on va voir sur tous les profils dans les Classiques… et sur les Grands Tours. J’ai aussi été séduit par l’attitude d’un coureur comme Mauri Vansevenant."

Bulens : "Mon coup de cœur c’est la réussite des coureurs qui viennent du cyclocross. Van Aert, Pidcock, van der Poel. Et je pense à un autre qui passe plus inaperçu car il doit encore faire son chemin, c’est Quinten Hermans."

L’UCI dans le viseur du "coup de gueule" de nos consultants

Question : Quel est votre coup de gueule du printemps ?

Bulens : "La mise hors-course de Schär pour son jet de bidon. Pour prendre cette décision-là, il ne faut jamais avoir fait de vélo de sa vie. Je comprends la décision de ne pas jeter les bidons, la volonté de protéger les coureurs mais est-ce qu’il ne valait pas mieux signaler des plots qui se situent au milieu de la route. C’est là qu’il faut faire confiance aux coureurs qui sont de vrais professionnels."

Saugrain : "Pondre des règlements en cours de saison, c’est une erreur. Il y a des réflexions qui sont légitimes. Celle du bidon en est une mais elle est mal appliquée. Des avertissements ou du moins de la pédagogie pourraient permettre de faire les choses correctement."

Quel espoir pour toute une génération de coureurs belges ?

Question : Wellens, Teuns, Naesen, Vanmarcke, Lampaert… Voilà toute une génération. Est-ce que c’est fini pour eux d’espérer pouvoir en gagner une grande vu la concurrence ? Ou la victoire de Stuyven à Sanremo leur permet encore d’espérer ?

Bulens : "Il ne faut jamais dire que c’est fini. Tant qu’on a la motivation, on peut arriver à tout. Je suis persuadé que Philippe Gilbert peut encore nous gagner une belle course. Mais ces coureurs doivent prendre conscience que la jeune génération va leur rendre la vie très dure."

Saugrain : "Ça va être très compliqué. Ce sont des coureurs de qualité. Je prends l’exemple de Lampaert qui n’a pas de bol avec Paris-Roubaix qui saute deux années de suite. Il ne faut pas trop tarder car les jeunes pousses sont très solides."

Que doit faire Van Aert au Tour de France ?

Question : Wout van Aert doit-il se mettre à plat ventre pour Roglic pendant trois semaines ? Pour Tom Boonen, il n’en est pas question.

Saugrain : "Le manager décidera. Wout est grand et responsable. Il doit mesurer la suite de sa carrière. Il y a moyen de faire de très belles choses au Tour – qu’il aille sur la Grande Boucle pour viser le maillot vert ou pour défendre les chances de Roglic – et d’être aussi au rendez-vous pour les Jeux Olympiques. Mais s’il va sur le Tour, il va devoir quand même travailler pour Roglic."

Bulens : "Wout van Aert est un grand garçon. Il fait partie d’une équipe qui sait parfaitement ce qu’il a besoin de faire. Tom Boonen a envisagé l’année dernière de revenir dans le vélo comme coureur… j’ai le sentiment qu’il a besoin qu’on parle de lui. Je vous laisse la conclusion…"

1 images
Tops, Flops, coups de cœur et de gueule : Bulens et Saugrain refont le printemps cycliste © RTBF
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK