Tom Paquot au départ de son premier Tour des Flandres : "J’essaierai d’être dans l’échappée"

Le Liégeois Tom Paquot participera dimanche matin au premier monument de sa carrière, le Tour des Flandres. Un rêve qui se réalise pour le coureur néopro de Bingoal-Sauces Pauwels-WB. Il prendra le départ avec l’objectif de prendre du plaisir et de l’expérience.

A seulement 21 ans, Tom Paquot a été sélectionné par son équipe Bingoal-Pauwels Sauces-WB pour prendre le départ du Ronde, dimanche : "Pour ma première saison chez les professionnels, je pense que je ne pouvais pas rêver mieux. Je suis super content que l’équipe me fasse confiance et j’espère que je vais pouvoir honorer ma sélection, même si c’est très dur de pouvoir être acteur sur ces courses-là. Je me sens bien depuis le début de saison, mieux que les années précédentes. On a bien préparé la saison avec l’équipe. Après, ça reste le Tour des Flandres et, à 21 ans, je suis étonné d’être avec l’équipe au départ, mais c’est surtout beaucoup d’excitation."

Ce sera déjà très spécial d’épingler le dossard et d’aller à la présentation le dimanche matin.

Comme l’édition précédente, le public ne sera pas autorisé sur le parcours. Une ambiance particulière qui peut influencer le Braivois néoprofessionnel : "C’est un facteur de motivation qui ne sera pas là, mais, c’est pour tout le monde pareil. Ce sera déjà très spécial d’épingler le dossard et d’aller à la présentation le dimanche matin. Les gars de l’équipe m’ont dit que, normalement, dans le Quaremont, on n’entend pas le bruit des pavés, on n’entend rien à l’oreillette, tellement il y a des gens et du brouhaha, que ça soit dans le Quaremont ou dans les autres monts aussi. Il y a des millions de personnes qui se déplacent pour venir voir cette course. Cette année, ce sera un peu comme si on montait les monts à l’entraînement, sans personne. D’un côté, c’est malheureux et de l’autre, c’est nécessaire pour continuer à courir. J’espère que le public pourra revenir le plus rapidement possible sur les routes. J’aime bien quand il y a du public au bord des routes, ça me booste un peu, ça me porte, comme au Tour de Wallonie l’année dernière, j’entendais souvent mon nom au bord de la route, même si ça devait être à huis clos aussi."

Une course sans pression, après un début de saison positif

2 images
Depuis le début de saison, Paquot se glisse souvent dans l’échappée. © 2021 Icon Sport

Cette saison, après seulement dix jours de courses, Tom Paquot est déjà parti à plusieurs reprises dans des échappées matinales, notamment lors de sa première course professionnelle à l’Etoile de Bessèges et sur les routes de Kuurne-Bruxelles-Kuurne, où il s’est classé 24e. Il n’aura toutefois pas attendu d’être professionnel pour se faire remarquer. C’était lors du Tour de Wallonie 2020 qu’il s’est fait découvrir, en prenant l’échappée le premier jour et en portant pendant plusieurs étapes le maillot du meilleur grimpeur.

Un caractère offensif que le coureur néopro de Bingoal-Pauwels Sauces-WB compte utiliser lors de son premier monument : "J’essaierai d’être dans l’échappée. C’est clair qu’à 21 ans, si je peux me montrer sur ces courses-là, ça serait génial. Mais j’aimerais aussi le terminer, ça reste un monument. Ce sera soit l’échappée, soit pour le leader de l’équipe Arjen Livyns. Je n’ai pas envie de me mettre une pression parce que c’est une course particulière, je veux que ça reste une course comme les autres dans ma tête."

Je vais prendre cette course-là comme expérience pour la suite de ma carrière.

Avant le Tour des Flandres, l’ancien champion de Wallonie juniors s’est directement préparé en prenant part aux premières compétitions de la saison : "J’ai été préparé en participant à Kuurne-Bruxelles-Kuurne et à l’E3 Harelbeke, mais je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Je vais surtout prendre cette course-là comme expérience pour la suite de ma carrière."

Avec le report de Paris-Roubaix, le Braivois craint que la course sera rendue plus difficile : "Ce sera un peu la dernière chance pour les favoris de gagner une grande classique sur la forme qu’ils ont pour l’instant. J’espère que ce ne sera pas comme à l’E3 où j’ai eu beaucoup de mal," avoue-t-il.

En attendant, Tom Paquot se mesurera dimanche face aux plus grands coureurs du peloton dans les mythiques monts flamands.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK