Tirreno-Adriatico : "Je ne dois pas être déçu", réagit Wout Van Aert après avoir perdu le maillot de leader

Tirreno-Adriatico : "Je ne dois pas être déçu", réagit Wout Van Aert après avoir perdu le maillot de leader
Tirreno-Adriatico : "Je ne dois pas être déçu", réagit Wout Van Aert après avoir perdu le maillot de leader - © DIRK WAEM - BELGA

Wout van Aert a perdu son maillot de leader samedi mais ne se montre pas déçu pour autant. "Je ne sais pas pourquoi je devrais être déçu", a-t-il déclaré après la 4e étape de Tirreno-Adriatico.

"Ça s’est bien passé. Bien sûr, j’espérais qu’Ineos ou les UAE attendraient plus longtemps mas ils ont décidé d’attaquer rapidement et ça n’a pas été pas à mon avantage. J’avais décidé de ne pas trop réagir et de trouver mon propre rythme. J’ai donc roulé dans le vent pendant les 7 ou 8 derniers kilomètres, je pense que c’était la meilleure tactique au vu de mes capacités. Je suis content de ma performance. Sans ce maillot bleu, je serai plus à l’aise pour participer au sprint, ce que je ne pouvais pas faire en tant que leader."


►►► À lire aussi : Tirreno-Adriatico : Pogacar s’impose au sommet des Prati di Tivo, van Aert se défend bien mais perd le maillot


Van Aert compte désormais 35 secondes de retard sur Tadej Pogacar au général. "C’est un vrai écart, mais les étapes à venir me conviennent, donc je ne m’avoue certainement pas vaincu et saisirai toutes les opportunités qui se présentent à moi. Je ne suis pas déçu car je n’ai rien à me reprocher. Je dois être heureux et fier de cette performance. La logique a finalement été respectée, car Pogacar est, avec Roglic, le meilleur grimpeur du moment dans le peloton. Il est logique qu’il m’ai fait mal et qu’il reprenne mon maillot. "

"J’ai consciemment roulé pour perdre le moins de temps possible et donc pris la tête du groupe de poursuivants. Grâce à ça, je suis toujours deuxième et je suis toujours dans la course dans les prochains jours. Est-ce que je m’attendais à plus de soutien ? Non, car j’étais premier, il était assez logique que les autres me regardent. Au début, j’ai demandé du soutien, mais je ne l’ai pas reçu et je comprends bien pourquoi, ça a du sens. Ensuite, j’ai tourné l’interrupteur et j’ai roulé en mode contre-la-montre jusqu’à l’arrivée. C’était le mieux que je pouvais faire. Ce n’est pas encore fini. J’aurai encore trois opportunités de récupérer du temps. Mon équipe est forte et nous verrons ce que nous pouvons faire dans les prochains jours. Demain, la course correspondra mieux à mes qualités, et les deux suivantes me conviennent aussi. Je refuse de m’avouer vaincu"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK