The Wolfpack, ou la recette simple d'un succès

Voraces, carnassiers, affamés... on pourrait trouver beaucoup de façons de définir la meute de Patrick Lefevere. Mais "The Wolfpack" traduit en anglais c’est surtout un état d’esprit, une bande de copains plus que des collègues, tous capables de se priver pour favoriser le destin d’un des leurs. Dans un monde de plus en plus individuel, Lefevere reste fidèle à la recette qui a toujours fait son succès. Celui qui ne le comprend pas est banni.

73 victoires... un record absolu. Une performance difficile à égaler. En 2018, les hommes de Lefevere ont popularisé "The Wolfpack"... la meute met ses adversaires à la diète.

Car derrière cette culture de la gagne on retrouve la patte de Lefevere. Un Akela discret qui arrive à faire passer son message.

"The Wolfpack", c’est une philosophie qui se résume en un mot : l’union. L’équipe doit toujours prévaloir sur l’individu. Celui qui assimile le concept évite les frustrations et s’épanouit dans la meute.

En 2019, la meute Deceuninck sait qu’elle sera traquée partout, sur tous les terrains. Si Terpstra et Gaviria s’en sont allés, des louveteaux sont prêts à se faire les dents.

Les Flandres, la Flèche, Liège, l’E3, des victoires sur les trois grands tours... faire mieux sera sans doute impossible mais les loups ne sont pas rassasiés. Personne ne pourra dire qu’il n’était pas prévenu.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK