Matthews devance Van Avermaet au Mur de Grammont, Mohoric s'adjuge le général

Michael Matthews s'est imposé ce dimanche au sommet du Mur de Grammont lors de la septième et dernière du Binckbank Tour parcourue sur 210 kilomètres entre les Lacs de l'eau d'heure et Geraardsbergen. L'Australien du Team Sunweb a devancé sur la ligne d'arrivée le Belge Greg Van Avermaet (BMC) et le Tchèque Zdenek Stybar (Quick-Step Floors). Deux autres coureurs 'noir, jaune, rouge' ont terminé dans le Top 10 de cette étape : Oliver Naesen (AG2R La Mondiale) a pris la 4ème place et Tim Wellens (Lotto Soudal) la 6ème.

Leader du classement général avant ce ultime étape, Matej Mohoric (Bahrain-Merida) a craqué dans les derniers hectomètres mais est tout de même parvenu à préserver une courte avance sur le vainqueur du jour pour remporter sa première course par étapes de niveau WorldTour. Mohoric succède au Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb). Au final, le Slovène devance Matthews de 5 petites secondes. Tim Wellens est troisième à 20'', Greg Van Avermaet est sixième à 37'' et Jasper Stuyven (Trek-Segafredo) complète le Top 10 du général avec 50'' de retard.

Sept coureurs, dont quatre Belges, ont lancé la principale échappée du jour. Laurens De Vreese (Astana), Jonas Rickaert (Sport Vlaanderen), Guillaume Van Keirsbulck (Wanty) et Ludwig De Winter (WB Aqua Protect), les Néerlandais Dylan Groenewegen (LottoNL-Jumbo) et Elmar Reinders (Roompot) et l'Espagnol Markel Irizar (Trek) ont ainsi compté jusqu'à quatre minutes d'avance, mais sans jamais échapper au contrôle du peloton.

Van Keirsbulck qui a fait de la résistance n'a été rejoint qu'à 30 kilomètres de la ligne d'arrivée par Rickaert, de retour en tête de la course puis de nouveau distancé, et le Néerlandais Paul Martens (LottoNL-Jumbo).

Derrière, Stybar (Quick-Step) et Victor Campenaerts (Lotto Soudal) se sont montrés les plus actifs.

Mais c'est Wellens, candidat à la victoire finale, qui a déclenché les véritables hostilités pour fondre sur les deux échappés avec Naesen dans sa roue. Ce dernier a ensuite tenté de partir seul, mais sans succès.

C'est donc un groupe imposant que Michael Matthews a dominé dans la montée finale pour empocher sa deuxième victoire de la saison après le prologue du Tour de Romandie (WorldTour).

"L'objectif de l'équipe était la victoire finale dans cette épreuve, reconnaissait Matthews en descendant du podium. On comptait sur moi, mais aussi sur Sören Kragh Andersen, pour l'atteindre, et sur Maximilian Walscheid pour les sprints. Bon cela n'a pas tout à fait réussi. C'est d'ailleurs justement pour cela qu'il fallait terminer en beauté, et à tout prix l'emporter ici à Grammont. Je suis donc très heureux de ce succès, auquel a largement participé Andersen qui s'est sacrifié pour moi. Il a notamment fait échouer la dangereuse offensive de Wellens et Stuyven. Après il ne me restait plus qu'à conclure..."

"On a pourtant tout tenté mais Mohoric a tenu bon face à toutes les attaques. Je dois donc finalement me contenter de cette victoire d'étape et d'une place sur le podium, juste en-dessous du vainqueur. Mais après tout ce que j'ai enduré cette saison, les chutes et les maladies, je peux m'en contenter. Cette victoire me fait même un bien fou. J'ai d'ailleurs hurlé ma joie en levant les bras sous la banderole d'arrivée. C'est toute ma frustration qui s'exprimait. Je vais maintenant aller courir à Plouay, puis au Canada avec je l'espère, d'autres victoires à la clé..."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK