Staff licencié, coureurs non-payés, un soigneur de l'équipe CCC de Greg Van Avermaet témoigne

L'équipe CCC de Greg Van Avermaet en grande difficulté financière licencie tout son personnel, à l'exception des coureurs.
L'équipe CCC de Greg Van Avermaet en grande difficulté financière licencie tout son personnel, à l'exception des coureurs. - © DAVID STOCKMAN - BELGA

La décision est tombée comme un couperet ce vendredi. L’équipe cycliste CCC a décidé de casser les contrats de la quasi-totalité de son personnel, à l’exception des coureurs, contraints eux d’accepter de grosses réductions salaires. Arrivé comme un sauveur après le retrait de BMC comme sponsor principal fin 2018, le fabricant de chaussures polonais CCC, en difficulté dans son activité principale, annonce qu’il doit consentir des efforts importants pour survivre à la crise du Coronavirus.

Une situation dramatique

A l'arrêt depuis le début du mois de mars, le peloton cycliste a vu toutes les courses du printemps disparaître une à une du calendrier. Or, sans courses, les équipes du World Tour déplorent un énorme manque à gagner financier tout en devant continuer à payer leurs coureurs et leur personnel. Plusieurs équipes (Astana, Lotto Soudal) avaient déjà annoncé des diminutions de salaires et la mise au chômage d'une partie de leur personnel mais la formation CCC va encore plus loin en cassant les contrats de tout son staff (une cinquantaine de personnes), sans mesures de compensations. "On est tous licenciés avec effet immédiat" nous confie Yuri Feijtel, soigneur depuis plusieurs années dans cette équipe. "Il ne reste que 2 personnes (ndlr:du service course) en Belgique et 2 autres aux Etats-Unis, mais tous les autres: soigneurs, mécanos, ostéopathes, kinés, directeurs sportifs, service presse sont mis dehors". Une nouvelle qui a fait l'effet d'un électrochoc: "Nous ne nous y attendions pas", poursuit-il, "Beaucoup d'équipes souffrent en ce moment, dans tous les sports, et nous étions bien sûr prêts à faire efforts mais on n'en a pas l'occasion. On nous met devant le fait accompli et il faut bien l'accepter". 

Sans emploi et sans revenus, le personnel de l'équipe CCC est libre de chercher un nouveau travail mais reste réaliste. Par les temps qui courent, aucune équipe ne cherche à embaucher. Les grands patrons de l'équipe le savent et demandent d'ailleurs au personnel de rester disponible en cas de reprise de la saison. "C'est paradoxal", souligne le jeune soigneur belge. "On nous vire mais en même temps on nous demande de rester loyal et attentif en cas de reprise cet été. Personnellement je n'y crois pas".

Le communiqué de l'équipe CCC

Difficile de garder les coureurs motivés

Sans mécaniciens, sans soigneurs, sans directeurs sportifs, l’équipe de Greg Van Avermaet et Matteo Trentin se retrouve dans une sorte de coma sportif. Mais un directeur sportif nous le confie, hors micro, "L’équipe n’est pas morte". "L’équipe ne disparaît pas" confirme Yuri Feijtel. "Mais aujourd’hui CCC se retire complètement du peloton et reviendra peut-être". Et dans ce cas-là il faudra renégocier tous les contrats en espérant trouver des remplaçants à ceux qui seront partis voir ailleurs. Une situation plus que délicate, y compris pour les coureurs.

"Pour les coureurs, c’est plus compliqué" reconnaît le soigneur belge. "Leur contrat est protégé par l’UCI mais une partie d’entre eux ne sont plus payés à partir d’aujourd’hui. Comment voulez-vous qu’ils restent positifs quand on leur retire leur salaire ? Dans ces circonstances c’est très difficile de rester motivés. Ils sont très déçus, abasourdis par les nouvelles, et ils se demandent s’ils rouleront encore sous ces couleurs oranges à l’avenir ou s’ils doivent cherche rune nouvelle équipe". C’est dans ces circonstances, pour le moins angoissantes, que Greg Van Avermaet espère remporter ce dimanche son premier Tour des Flandres. La grand-messe du cyclisme flamand est bel et bien reportée mais le champion olympique sera au départ de la première édition virtuelle du Ronde. De quoi oublier ses tracas… Pendant 32 kilomètres.

Des rouleaux pour oublier et du temps pour aider

Réfléchir à l’avenir en pédalant sur des rouleaux. C’est donc à cela que se résume le quotidien des coureurs de l’équipe CCC en ce moment. La perspective d’une reprise de la saison semble encore très lointaine à l’heure qu’il est mais au moins elle existe. Pour le reste de l’équipe, le confinement est sans doute plus douloureux et la remise en question plus difficile encore. "Le vélo c’est une passion, c’est un rêve !" précise Yuri Feijtel. "Cela fait 6 ans que je travaille dans ce milieu et j’aimerais bien que ça continue. Mais toutes les équipes souffrent donc ce sera sans doute difficile".

Depuis son retour d’Abu Dhabi, où il avait vécu un premier confinement forcé, Yuri Feijtel est cloîtré dans son appartement en Brabant-Wallon. Désormais libre de tout contrat il entend bien sortir de ce monde virtuel pour se rendre utile et agir dans le monde réel. "J’ai la chance d’avoir un diplôme d’infirmier, je pense donc à m’investir dans le domaine médical qui a bien besoin d’aide" lâche le jeune trentenaire. "Cela trotte dans ma tête depuis quelques semaines mais là je ne dois plus attendre. Je vais donc me renseigner pour savoir comment je peux me rendre utile pour aider la population (ndlr : à lutter contre la pandémie de Coronavirus)".

Et quelque soit l’équipe qu’il choisira, soyons en sûr, dans ce domaine Yuri Feijtel sera certainement le bienvenu.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK