Ses succès, sa 3e place au Tour, les accusations de dopage: Froome se livre sur sa saison contrastée

Chris Froome
4 images
Chris Froome - © YORICK JANSENS - BELGA

Chris Froome s'est livré sur les douze derniers mois qu'il a vécu sur le vélo dans un long entretien accordé à Sporza. Vainqueur du Tour et de la Vuelta 2017, le Britannique a surtout fait la Une des journaux suite à un contrôle anormal au Salbutamol sur les routes du Tour d'Espagne. 

Une épée de Damoclès qui a pendu au-dessus de sa tête jusqu'au mois de juillet mais qui ne l'a pas empêché d'empocher son premier Giro. Contesté par certains fans sur les routes du Tour, il a terminé son quatrième Grand Tour d'affilée à la troisième place.

Vous trouverez ci-dessous, les extraits marquants de son interview avec Sporza.

Froome à propos de l'affaire Salbutamol

"J’aime penser que cette affaire n’a pas eu d’impact sur mes prestations. Beaucoup de gens se demandaient pourquoi ça prenait du temps. Au final, c'est normal. Quand on compare à des cas similaires, on constate que ça a même pu durer deux ans. Si c’était resté confidentiel, cela se serait probablement résolu plus rapidement.

Cela a été une période très difficile pour moi et ça l'aurait été pour n’importe quel autre athlète propre. Il n’ y a pas de crime plus grand dans le cyclisme que d'être accusé de cela. Mais je savais que je n'avais rien fait de mal et cela a été plus facile à vivre."

Froome à propos du comportement sur les routes du Tour

"C’est normal que certains fans ne soient pas mes supporters ou ne m’aiment pas. Mais je n’ai jamais compris ceux qui viennent assister à un événement sportif pour projeter une énergie négative sur cet événement. Le sport est une fête qui rassemble les personnes.

Ce qui s’est passé avec certaines personnes sur les routes du Tour ne reflète pas ce qu’est vraiment la France. C’est une minorité de personnes qui se comporte d’une certaine manière mais que ne représente pas la France. Je suis toujours resté calme car il en faut beaucoup pour m’énerver. Je peux comprendre l’influence qu’une certaine partie des médias peut avoir sur les gens. Mais si dans le football on monte sur le terrain et on pousse un joueur on va certainement en prison. Dans le cyclisme ce n'est pas le cas."

Froome sur sa cohabitation avec Thomas

"Cela a représenté quelque chose de spécial pour moi d’aider Geraint Thomas dans sa conquête du maillot jaune. Je suis vraiment heureux pour lui. Nous avons été amis pendant dix ans. Il a tant progressé depuis. Il était tout simplement le plus fort sur ce Tour et a mérité sa victoire."

Deux leaders la saison prochaine, un problème? "Nous sommes bons amis et avons toujours été honnêtes entre nous. Il n'y aura donc pas de soucis. Avoir deux cartes à jouer, c’est une force pour nous. On l’a vu cette année avec deux places sur le podium final à Paris."

Froome sur ses performances au Tour et au Giro

"Les gens oublient que j’ai couru quatre Grands Tours d’affilée. Si on m’avait dit que j’en aurais remporté trois de suite et terminé sur le podium du quatrième, j’aurais sans aucun doute signé. J’ai vécu une année incroyable et j’ai gagné beaucoup en expérience. Le succès au Giro a été une des victoires les plus mémorables et extravagantes de ma carrière."

Froome sur ses prochains objectifs

"Il est encore trop tôt pour établir mes plans pour l’année prochaine mais je disputerai probablement le Tour de France. Le remporter pour la cinquième fois sera probablement ma priorité. Ce serait vraiment spécial de rejoindre les coureurs qui y sont parvenus. C’est une course spéciale. Aucune course n’est comme le Tour. Je dois encore voir les parcours et les dates. Je déciderai après cela."

 

L'intégralité de l'entretien en vidéo sur Sporza.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK