Sénéchal après sa victoire au GP Vermarc : "Je cours comme un Belge !"

Le Grand Prix Vermarc marquait ce dimanche après-midi la reprise officielle du cyclisme en Belgique. Une course disputée dans un contexte particulier et triste, suite au décès tragique de Niels De Vriendt. Parmi les 168 coureurs inscrits au départ, il y avait 148 Belges. Et pourtant, le vainqueur est… un Français. Florian Sénéchal (Deceuninck-Quick-Step) s’est imposé en solitaire avec quelques secondes d’avance sur Oscar Riesebeek (P-B, Alpecin-Fenix) et Victor Campenaerts (BEL, NTT Pro Cycling).

"Aujourd’hui j’étais le seul coureur français de ce peloton… Mais ça reste une équipe belge (Deceuninck-Quick-Step) qui gagne. Et puis, je cours comme un Belge ! Ma manière de courir, c’est comme un Belge. Je vis aussi en Belgique, donc on peut dire que je suis Franco-Belge", a déclaré le vainqueur Florian Sénéchal qui a réussi à battre les 148 coureurs belges.

"Un peu difficile de retrouver les habitudes"

"Au départ ce matin, j’étais content de retrouver toute mon équipe dans le bus. J’étais motivé comme si c’était une reprise de saison. Je suis bien resté dans ma bulle et c’était important pour moi d’être en forme pour cette reprise. Moralement c’était important. J’ai gagné et c’est donc parfait. Mais au début, je dois reconnaître que c’était un peu difficile de retrouver les habitudes du peloton après plus de quatre mois. Les jambes avaient du mal à se mettre en route. Mais après deux heures de vélo, j’ai dit à mes équipiers que je me sentais capable de gagner. D’autant que je suis assez rapide au sprint. Mais dans le final j’étais de mieux en mieux, donc j’ai attaqué pour finir tout seul".

"Enfin une vraie course, pas une virtuelle !"

Cette course de reprise était encadrée par des mesures de sécurité assez fortes. Pas de public au départ et à l’arrivée, des stewards sur le parcours pour veiller au respect des mesures, masque obligatoire pour les personnes accréditées, etc. Une atmosphère de course bien différente. "Par rapport aux mesures anti-Covid-19, je trouve ça très bien que tout le monde porte des masques. Ça devrait être obligatoire pour tous, sauf les coureurs évidemment", explique Florian Sénéchal.

"Il n’y avait personne au départ et à l’arrivée, mais sur le circuit il y avait beaucoup de gens. Des personnes qui sortaient leurs chaises de jardin et se mettaient au bord des routes. Pour les gens du coin, ça a fait du bien de revoir un peu de spectacle et reprendre en quelque sorte une vie normale. C’est bien aussi pour tout le monde d’avoir une vraie course, non virtuelle. Les courses virtuelles que l’on voit depuis trois mois ne sont pas très funs. C’était vraiment une journée importante aujourd’hui".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK