Riis : "Que l'on me mette en prison si je commets les mêmes erreurs"

L’annonce du retour de Bjarne Riis dans le peloton en tant que nouveau patron de l’équipe NTT Pro Cycling (ex-Dimension Data) a suscité pas mal de réactions – souvent négatives – dans le chef des amateurs de cyclisme. Après avoir avoué s’être dopé lors de la victoire du Tour de France 1996 et avoir participé à des pratiques tout aussi douteuses en tant que directeur sportif, le Danois assure avoir tourné la page. Il l’a expliqué longuement dans un entretien accordé à nos confrères de Het Nieuwsblad. En voici les extraits plus marquants.

"Les gens qui pensent que je suis un mauvais type et que je reviens dans le cyclisme pour le salir se trompent complètement. J’ai fait des erreurs, oui ! Mais j’ai également reconnu ces erreurs. Je suis désolé mais je dois continuer ma vie", a déclaré Riis.

"Je reviens pour la passion que j'ai pour ce sport. Je sens que je peux encore faire la différence avec mes qualités d’analyste et mes compétences tactiques. Regarder des courses à la TV, je fais ça depuis cinq ans et mon canapé est complètement usé. Je pense que je peux encore apporter quelque chose au cyclisme", estime celui que l’on surnommait 'Mr 60%'.

Riis assure avoir tiré les leçons du passé et veut s’inscrire dans une nouvelle dynamique. Il veut changer son histoire au sein d’un sport qui a beaucoup évolué. "Le cyclisme n’a plus besoin de la mer** du passé. On voit déjà de très belles courses sans cela. Je peux vous garantir à 100% que je ne serais jamais revenu dans le peloton si je n’étais pas certain que ce sport va mieux. Bien sûr, des cas de dopage vont encore éclater occasionnellement mais le monde du cyclisme va beaucoup mieux."

Surveillé de près, le nouveau Team Manager de l’équipe NTT est conscient qu’il n’a pas le droit à l’erreur. "Si quelque chose se passe dans mon équipe, je sais parfaitement que la première personne qui sera visée, ce sera moi. C’est une immense responsabilité. Si je faisais une erreur maintenant, ça ruinerait le vélo, ça me ruinerait moi et ça ruinerait ma famille. Je sais juste que je veux agir correctement et que je ne ferai plus jamais les mêmes erreurs. Si c’est le cas, je veux bien que l’on me mette en prison."

 

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK