Remco Evenepoel: La Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège en 2020, le Tour de France en 2022 ? En principe, oui !

Remco Evenepoel : la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège en 2020, le Tour de France en 2022 ? En principe, oui !
Remco Evenepoel : la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège en 2020, le Tour de France en 2022 ? En principe, oui ! - © Tous droits réservés

Mardi 17 décembre 2019, il est 16 heures au 29e étage du Suitopia Hotel de Calpe, situé en bord de mer sur la Costa Blanca, lorsque Remco Evenepoel et Patrick Lefevere accueillent les caméras de la RTBF avant de nous parler à cœur ouvert pendant 55 minutes. Passionnant !

Serein et détendu, Evenepoel vient d’effectuer un entraînement intense de quatre heures. Il déborde de fraîcheur. Face à nous, le Remco tel qu’on a appris à le connaître : drôle ou sérieux selon les thèmes abordés, ne cachant pas ses émotions, direct, offensif et très très ambitieux. Avec une étonnante maturité pour son âge mais aussi ce soupçon de naïveté propre à un gamin de 19 ans, il n’élude aucune question.

Avec un grand sourire, Remco Evenepoel nous dévoile ses trois rêves pour l’année 2020 : les Jeux olympiques à Tokyo, les championnats du monde en Suisse et… Liège-Bastogne-Liège. La saison qui vient doit être celle de la confirmation. Remco est une météorite. La fulgurance de son éclosion lui confère déjà un statut. On n’avait plus vu une telle précocité depuis Giuseppe Saronni. La grande nuance, c’est que l’Italien était un vrai sprinter alors que le point faible de Remco c’est précisément le sprint. Pour s’imposer, le jeune belge doit donc jouer la carte de l’offensive, il n’a pas le choix.

Officiellement, son programme n’est pas encore déterminé. Que sait-on ? Il commencera en Argentine, comme la saison écoulée, au Tour de San Juan et il visera l’or olympique et mondial (dans le chrono et en ligne !) fin juillet au Japon et fin septembre à Martigny. Quelles courses disputera-t-il entre ces objectifs ? C’est difficile à prévoir. On se rappellera qu’en 2019, Evenepoel n’était initialement prévu au départ ni de San Sebastian ni de la course en ligne au championnat du monde. Tentative de décodage.

Pas de classiques flamandes.

Evenepoel ne le cache pas, il déteste les pavés. Pas question donc de le voir dans les courses flamandes. Il laissera le champ libre chez Deceuninck à Yves Lampaert, Zdenek Stybar et Bob Jungels. Julian Alaphilippe fera ses grands débuts sur le Tour des Flandres.

La Flèche wallonne et Liège-Bastogne-Liège, déjà.

Liège-Bastogne-Liège est la classique de ses rêves et il compte bien s’y aligner au printemps prochain avec de réelles ambitions. " Si tu es capable de gagner la Clasica San Sebastian à 19 ans, tu dois pouvoir le faire aussi à Liège ", nous glisse-t-il malicieusement. Remco connaît bien les côtes de la Doyenne où il s’entraîne régulièrement. Il a remporté le dernier Tour de Belgique sur ce terrain. Avant cela, sans pépin, il sera attendu au sommet du mur de Huy. La Flèche Wallonne devrait donc être la première grande classique printanière de sa carrière.

Le Tour d’Italie dès la saison prochaine ?

Patrick Lefevere aurait voulu attendre 2021 avant de lancer " le gamin " dans un grand tour, mais… " Comment le freiner ? Est-il encore possible de prôner la patience face à un tel phénomène ? Ça va toujours plus vite avec lui ", me confie un membre influent de l’équipe. La tendance serait de privilégier le Giro à la Vuelta. C’est en tout cas le souhait du coureur, séduit par les trois chronos individuels au menu d’un Tour d’Italie qui partira de… Budapest. Dans une édition qui rendra hommage à Marco Pantani, l’occasion serait belle de se tester en haute montagne. Le col du Stelvio (par son versant le plus dur), l’Etna ou Madonna du Campiglio seront également au programme. L’étape-reine aura lieu la veille de l’arrivée finale avec le col d’Agnel (deuxième plus haut col routier alpin avec ses 2744 m), l’Izoard et le col de Montgenèvre avant une arrivée à Sestrières.

Les chronos : déjà le deuxième meilleur du monde.

Champion d’Europe et vice-champion du monde de la spécialité, Remco Evenepoel est déjà (presque) imbattable contre-la-montre. Son coefficient de pénétration dans l’air le rend plus efficace. Il a besoin de développer moins de puissance que la plupart des autres spécialistes pour atteindre la même vitesse. Et, comme si cela ne suffisait pas, il a effectué des tests en soufflerie le mois dernier en Californie afin d’améliorer sa position sur le vélo. Evenepoel visera le titre olympique et mondial en 2020.

Le Tour de France en 2022.

Il n’aura alors que 22 ans et il devra probablement se frotter à Egan Bernal (3 ans plus âgé) et Tadej Pogacar (16 mois plus vieux). Aujourd’hui, Remco est déjà plus fort qu’eux dans les chronos et il compte bien mettre à profit les deux années qui viennent pour progresser dans les cols et réduire au maximum l’écart avec le Colombien, le Slovène et quelques autres en haute montagne.

Personne ne peut dire aujourd’hui si Remco Evenepoel réalisera tous ses rêves ou une partie de ceux-ci. Une chose est sûre, lui, il y croit dur comme fer.

Faites-moi confiance, quand on a un prénom qui commence par " R " et qui finit par " O ", on a (au minimum) tout pour être heureux ! ????

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK