Remco Evenepoel : "Je rêve de remporter Liège-Bastogne-Liège, Roubaix jamais !"

Champion d’Europe du contre-la-montre, lauréat du Tour de Belgique, vainqueur de la Clasica San Sebastian, vice-champion du monde du contre-la-montre… La première saison pro de Remco Evenepoel a été brillante ! Le coureur belge de 19 ans, véritable pépite déjà comparée au mythe Eddy Merckx, a accueilli une équipe de la RTBF cette semaine. Il a indiqué quelques pistes décidées pour 2020 et 2022.

Aux côtés de Patrick Lefevere, CEO chez Deceuninck Quick-Step, Remco nous reçoit. En toute décontraction, très confiant mais sans aucune suffisance ni complaisance.

Sa plus belle émotion ? C’était juste après sa victoire aux championnats d’Europe du contre-la-montre. Les larmes du gamin de 19 ans avaient ému toute la planète cycliste. De la joie bien sûr mais pas seulement. Quelques jours après la mort accidentelle de Bjorg Lambrecht, Remco était submergé par tout ce qu’il venait de vivre. "J’étais content mais aussi triste de ce qui venait de se passer la semaine d’avant… C’était un grand mix d’émotions."

Sa plus belle victoire ? "San Sebastian", sans surprise après un tel exploit.

Sujet qui pourrait être un peu plus fâcheux: a-t-il eu raison d’attendre Philippe Gilbert lors des derniers championnats du monde ? Malgré la débâcle belge qui a suivi… Sans sourciller, il répond avec du recul : "Oui." Sans le moindre regret.

Evenepoel a été élu cycliste belge de l’année, devant le vainqueur de Paris-Roubaix (Gilbert), devant le recordman de l’heure (Campenaerts). "C’est super" rit-il. Avant de reprendre son sérieux, "C’est mérité aussi, on a été nombreux à évoluer au même niveau mais peut-être qu’avec mon âge et le fait que ça soit ma première année en tant que pro certains ont pensé que ça méritait un peu plus."

Terre à terre, ses ambitions sont pourtant sans limites. Plutôt champion du monde ou champion olympique en 2020 ? "Les deux !", répond-il du tac au tac, sourire aux lèvres.

Une autre certitude, la classique du printemps dont il rêve : "Liège-Bastogne-Liège". Même réponse quand on lui demande celle qu’il pense pouvoir remporter en premier.

Le Tour de France, en 2021, en 2022 ou en 2023 ? "2022" Et si c'était vrai...

Après les courses qui le font rêver, celle dont il ne veut pas entendre parler c’est Paris-Roubaix… Il a une vraie aversion envers les pavés. "Non je déteste", il explique, "J’ai une fois fait Paris-Roubaix chez les juniors. J’étais dans le premier groupe. J’ai eu deux crevaisons. Devant et derrière en même temps. Et là je me suis dit, je ne reviens plus jamais."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK