Remco Evenepoel, content et altruiste "je ne suis pas le roi, j’ai aidé mon coéquipier"

Après une étape remportée par Caleb Ewan, Remco Evenepoel regrette le manque de suspense "tout le monde savait que ça allait être la dernière étape ou quelque chose pouvait se passer mais ce n’est pas arrivé. C’est dommage car c’est l’étape reine de ce Tour de Belgique".

Le prodige du cyclisme belge n’a pu faire la différence durant cette étape. La faute au parcours ? "Les pentes n’étaient pas assez raides pour faire la différence. Quand on voit l’étape il y a deux ans, les côtes avaient presque 10% de moyenne. Cette année, c’était 5% de moyenne sauf la dernière bosse mais c’était sur un kilomètre. Quand on voit le top 3, ce ne sont que des sprinters. Il n’y avait pas vraiment de solution pour attaquer vu que l’arrivée se passait sur une descente de sept kilomètres avec un vent de face".

Le jeune coureur de 21 ans s’est montré altruiste en permettant à son coéquipier Davide Ballerini d’accrocher la troisième place "On a commencé l’étape en pensant que je pouvais attaquer, qu’il y avait quelque chose à faire. Mais après le premier tour on s’est dit que ça allait être dur d’y aller en solitaire. Je ne suis pas le roi, j’ai aidé mon coéquipier qui pouvait encore faire un bon sprint et terminer troisième. C’était mieux de prendre les virages dans les cinq premières positions que les cinq dernières. Demain ce ne sera pas trop dur, j’ai bien voulu l’aider et faire un effort pour lui. Ça fait plaisir et c est toujours gai d’aider les coéquipiers".

Le natif de Schepdael termine donc cette étape avec de bonnes sensations et est confiant à l’aube de la dernière étape "chaque étape on termine dans les trois premiers. On fait un très bon Tour et on espère terminer avec une victoire dimanche".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK