Raymond Poulidor, "l'éternel deuxième", est décédé à l'âge de 83 ans

Raymond Poulidor est décédé à l'âge de 83 ans à Saint-Léonard-de-Noblat dans sa commune du limousin, mercredi à 2 heures du matin, écrit le quotidien sportif français. L'ancien champion cycliste français était hospitalisé en raison d'une "grande fatigue" depuis le 8 octobre.

Poupou, comme il était affectueusement surnommé, est une figure marquante du cyclisme des années 60 et 70. Il a été le grand rival de Jacques Anquetil et Eddy Merckx. Il est sans doute le coureur français le plus populaire.

Bien qu'il n'ai jamais porté le maillot jaune, son image est étroitement liée à celle du Tour de France. Ce fils d'agriculteur du Limousin est monté 8 fois sur le podium de la Grande Boucle (un record). Au total, il a participé à ... 57 Tour de France, comme coureur puis ambassadeur de plusieurs marques.

La France perd l'un de ses plus grands champions. Car malgré son étiquette d'éternel deuxième, Poulidor a tout de même remporté 189 courses au cours de ses 18 années de carrière ! Le palmarès de cet excellent grimpeur renseigne entre autre un Tour d'Espagne (1964), un Milan-Sanremo (1961), une Flèche Wallonne (1963) et sept étapes du Tour de France.

L'Equipe narre une anecdote illustrant la légende de "malchanceux" collée à Raymond Poulidor. "Sur le Tour 1968 qui fut, d'entre tous, celui qui lui était promis. C'était sans compter sur cette maudite étape menant à Albi, où Poulidor s'apprêtait à prendre un avantage décisif dans une échappée (en compagnie des trois futurs coureurs du podium final). Las, un motard le renversa, occasionnant un traumatisme crânien, un fracture du nez et son abandon".

"J'ai été malchanceux, mais le vélo m'a donné plus qu'il ne m'a coûté", relativisait-il.

La succession sportive familiale est assurée avec la présence dans le peloton de Mathieu van der Poel, son petit-fils.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK