Quel accueil pour Froome sur la Ruta del Sol ?

Chris Froome au départ de la Ruta del Sol
3 images
Chris Froome au départ de la Ruta del Sol - © Jérôme Helguers

Malgré les soupçons de dopage, depuis l'annonce de son contrôle 'anormal' sur la Vuelta, Chris Froome a décidé de maintenir son programme, et de reprendre la compétition. Ce mercredi, il se présente au départ de sa première course de la saison : la Ruta del Sol. Course par étapes de 5 jours à travers l'Andalousie qu'il a déjà remportée en 2015.

Des coureurs ou directeurs sportifs comme Tony Martin, Tom Dumoulin, ou Marc Madiot, ont déjà exprimé leur point de vue et plaidé pour une suspension de Froome. Alors quel accueil va-t-il recevoir de la part du peloton, des ses collègues et du public en Espagne ? Le Britannique aura les premières réponses dans quelques heures. Mais il s'est fait très discret à la veille de la course. Il a notamment brillé par son absence lors du point presse réunissant les principaux candidats à la victoire de ce Tour d'Andalousie. 

Alors que la procédure liée au contrôle anormalement élevé de salbutamol suit son cours, l'UCI n'est pas en mesure de suspendre le coureur. Son règlement ne prévoit pas de suspension provisoire pour l'usage de ce produit. 

Pour une question d'éthique ou de déontologie, l'équipe Sky aurait pu décider de suspendre son coureur. L'UCI, via le président David Lappartient, et le MPCC (Mouvement Pour un Cyclisme Crédible) ont d'ailleurs fait des demandes dans ce sens. Mais la Sky estime que son coureur n'a rien fait de mal et qu'il est innocent. Elle a donc choisi de ne pas le suspendre et de l'aligner sur son programme de courses prévu pour la saison 2018. La première étape de ce programme amène donc Chris Froome en Andalousie, pour la Ruta del Sol.

Quatre fois plus de médias

L'organisateur, Joaquin Cuevas, ne cache pas son plaisir. Pour lui, la présence de Froome change tout. "Habituellement, on accrédite une quarantaine de journalistes. Cette année, on est à plus de 150 demandes ! C'est énorme, quatre fois plus. Certains viennent du Japon ou d'Australie. On a été un peu submergés par tout ça, mais on a bien travaillé. N'oublions pas que ce que fait Froome est légal. Il a le droit d'être en course puisqu'il n'est pas suspendu. Après si l'UCI communique et signale que Froome est positif... Alors évidemment, le coureur devra obligatoirement quitter la course. Mais pour l'instant, il n'est pas sanctionné, donc il peut prendre le départ", explique Joaquin Cuevas.  

L'effervescence et l'attention médiatique s'annoncent donc exceptionnelles autour de cette course habituellement assez anodine. Ce matin, une nuée de caméras, micros et appareils photos attendront Chris Froome au pied de son bus. Sans grand espoir car le "Kényan blanc" va probablement verrouiller sa communication.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK