Philippe Gilbert était "bon mais pas super", Wellens espérait plus

Philippe Gilbert n'a pas remporté l'Amstel Gold Race pour la 5e fois. Le Liégeois a terminé 13e à 53 secondes du Danois Michael Valgren (Astana). "Cela a été une épreuve différente par rapport aux courses pavées. Mon sentiment était bon, mais pas extraordinaire. C'était aussi un Amstel spécial, un scénario étrange avec une attaque, qui a pris beaucoup d'avance. C'était difficile et le rythme a été très élevé pour les reprendre", a raconté Gilbert, qui était encore avec les ténors dans le Cauberg.

"Lors de la dernière ascension du Cauberg, nous avons roulé avec de nombreux ténors, mais dans la descente, le groupe s'est scindé. L'écart était encore réduit quand Jelle Vanendert a creusé un trou: 50 mètres, qui sont vite devenus 100 et après cela, nous ne sommes jamais revenus sur la tête."

"On a eu droit à une course étrange à cause de cette attaque rapide et du vent. Normalement, les favoris font la différence sur les dernières montées. Cette fois, il y avait toujours le vent contraire et tout le monde a continué à rester à couvert. On a vraiment attendu jusqu'au bout pour tenter sa chance. Nous avons aussi dû rouler très vite toute la journée pour nous débarrasser de ces fuyards. A cause du vent et le nouveau parcours final, avec ces routes étroites, personne ne voulait ouvrir la course trop tôt. Personne n'a osé y aller et beaucoup ont attendu la fin", a poursuivi Gilbert.

"C'était un Amstel avec un plateau de participants très relevé: beaucoup de grands noms au départ, plus que dans les autres classiques. Le niveau tactique a été très élevé. Je pense que notre équipe était forte. Nous étions encore quatre à la fin avec Pieter Serry, Julian Alaphilippe et Bob Jungels. Nous n'allons pas faire une analyse de la course immédiatement, parce qu'on ne voit pas tout, même quand on est au milieu du peloton. C'est plus facile après. On le fera tranquillement."

Gilbert a eu un long printemps. "Oui, c'est vrai, mais cela s'applique également à Peter Sagan, qui est quatrième aujourd'hui, à Greg Van Avermaet et à quelques autres. Bien sûr, c'est la première fois que je suis un tel programme et j'avoue qu'il me manque un peu de punch. Après Roubaix, il fallait que je prenne un peu de repos. Je n'avais pas le choix. Je n'ai pas couru la Flèche Brabançonne alors que c'est la préparation idéale pour cette course. Ne pas l'avoir courue m'a fait pas perdre les deux ou trois pour cent supplémentaires dont j'avais besoin ici. Mais après Roubaix, je devais me reposer. Je ne peux pas tout rouler mais, en effet, ce n'est pas une combinaison évidente", a conclu Gilbert.

Gilbert disputera la Flèche Wallonne mercredi avant Liège-Bastogne-Liège.

Tim Wellens, sixième à l'arrivée, espérait plus

En terminant sixième, Tim Wellens (Lotto Soudal) a enregistré son meilleur résultat à l'Amstel Gold Race. "Je suis content du déroulement de la course et de ce que j'ai ressenti, mais je suis un peu déçu du résultat final", a déclaré le Belge à l'arrivée.

"Pendant la course, nous avons roulé très fort, parce que le groupe de tête a pris beaucoup de temps sur le peloton. Finalement, nous étions tous un peu morts. Le groupe était encore important quand nous avons repris les fuyards et à partir de ce moment-là, on a commencé à jouer au chat et à la souris. On a souvent accéléré mais jamais à fond. Quand j'ai attaqué, il n'y a pas eu d'hésitation et j'ai été directement repris. Il faut avoir de la chance. Tout à coup, certains ont pris le large avec Valgren et Kreuziger. Nous nous sommes regardés et les oiseaux se sont envolés", a raconté Wellens.

"Dommage que mes efforts n'aient pas débouché sur le succès espéré. Je suis content de ma performance. J'ai gagné le Flèche Brabançonne et je me sentais bien. J'avais aussi de bonnes jambes et je vois les courses suivantes avec confiance. J'ai bien roulé à l'Amstel mais j'avais espéré un meilleur résultat."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK