Pevenage après ses révélations sur le dopage : "Si Fuentes parle – et il en a envie – beaucoup auront peur"

Rudy Pevenage
Rudy Pevenage - © MICHEL GOUVERNEUR - BELGA

Rudy Pevenage. Ce nom a fait les choux gras de la presse allemande et des quotidiens sportifs internationaux mercredi après la publication d’extraits de son livre Der Rudy où il dévoile les pratiques courantes dans le monde du cyclisme à cheval sur les années 90 et 2000. Des médicaments cachés dans les doubles-fonds de canettes de soda ou encore des poches de sang transportées dans des briques de lait vides : les anecdotes extraites de son livre ont fait grand bruit. L’ancien directeur sportif de Telekom (1994-2006) est revenu sur ces révélations dans les pages de Het Nieuwsblad jeudi matin.

"Pourquoi ai-je attendu aussi longtemps pour parler ? Il y a de l’omerta dans le monde du cyclisme. Et je voulais aussi attendre que les ennuis judiciaires de Jan Ullrich soient terminés. J’ai aussi été malade, j’ai eu un cancer et cela vous fait relativiser beaucoup de choses."

Pevenage, 65 ans, ne regrette pas ce qu’il a fait et comme beaucoup de ses collègues, il estime que cela faisait partie des mœurs à l’époque. "Ceux qui ne trichaient pas entre 1995 et 2005 ne gagnaient pas. C’est bien simple", affirme-t-il. "N’importe quel coureur ou directeur sportif qui était dans ce monde à cette période et dit qu’il n’était pas dedans, est un menteur. Ce que l’on faisait chez Telekom, cela restait de l’amateurisme par rapport aux méthodes du clan Armstrong. Si Bruyneel dit le contraire, je lui répondrai."

L’ancien directeur sportif parle également du cyclisme d’aujourd’hui et d’une certaine hypocrisie qui règne. "J’ai été banni du cyclisme alors que d’autres qui avaient fait les mêmes choses que moi sont restés en place. Il y a beaucoup d’hypocrisie encore, surtout en France. Quand j’allais au Tour, on me rejetait. Prenez Hinault et Madiot. Ils crient sur tous les toits que les autres sont impliqués dans des affaires de dopage… comme s’ils avaient toujours roulé à l’eau claire."

Pevenage a également parlé du retour dans le peloton de Bjarne Riis et de son amitié avec le sulfureux docteur Eufemiano Fuentes. "Je suis content que Riis puisse avoir une deuxième chance. Au point de vue des entraînements, des techniques et du matériel, il est inégalable. Et il est assez intelligent que pour ne plus recourir aux méthodes interdites. Fuentes est toujours un bon ami avec qui j’ai passé du temps il y a quelques semaines. Si certaines personnes sont déjà effrayées par mon livre, elles le seront beaucoup plus lorsque Fuentes racontera son histoire. Et je peux vous dire qu’il en a une grande envie."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK