Nibali fait son mea culpa

L'Italien Vincenzo Nibali a fait son mea culpa, après sa victoire dimanche dans le Tour de Lombardie, à propos de son exclusion de la Vuelta.

Nibali s'était accroché à la voiture de son équipe Astana, lors de la 2e étape, le 23 août, et avait été mis hors course.

"C'était une grave erreur", a reconnu le champion d'Italie. "Pour tout coureur, il y a des moments heureux et d'autres qui le sont moins. Cet épisode m'a mis dans un état de profonde colère. J'ai voulu remonter sur le vélo pour montrer autre chose. Cela m'a redonné une nouvelle motivation".

Dans le journal organisateur du Tour de Lombardie, la Gazzetta dello Sport, le Sicilien a expliqué avoir suivi l'entraînement, durant une semaine, derrière le scooter mené par son père, Salvatore, comme il le faisait dans ses jeunes années.

Depuis la mi-septembre, le "Requin de Messine" a enchaîné les bons résultats: deuxième de la Coppa Agostoni, vainqueur de la Coppa Bernocchi, troisième du Mémorial Pantani, cinquième du GP de Prato, vainqueur des Trois Vallées Varésines et du Tour de Lombardie. Avec, pour seule performance en retrait, sa 42e place au Championnat du monde de Richmond (Etats-Unis) sur un parcours peu adapté à ses caractéristiques.

"Je savais que le Civiglio serait le point-clé de la course. Dans la montée, l'allure était très haute, nous avions tous à peu près les mêmes jambes. C'était dans la descente que je pouvais faire la différence. Le Tour de Lombardie, pour moi, c'est un peu comme Liège-Bastogne-Liège. Il ne m'avait jamais réussi jusqu'à présent, j'ai cherché l'ouverture plusieurs fois, j'ai essayé mais j'ai toujours eu un peu de malchance. Là, c'était une course favorable à un grimpeur type poids léger."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK