National de cyclo-cross: la paternité donnera-t-elle des ailes à Wout Van Aert?

" Oui, je crois bien que je suis le favori ! ". Wout Van Aert ne fuit pas ses responsabilités. Pas le genre de la maison. Et pourtant, son début de semaine a été plutôt agité avec la naissance, lundi, de son premier enfant, un garçon appelé Georges. Sa préparation a logiquement été quelque peu perturbée. Mais son mental, lui, est totalement galvanisé.

Le circuit de Meulebeke (petite commune de Flandre occidentale entre Roulers et Gand) propose beaucoup de virages, quelques bosses mais aussi une portion de sable sur laquelle Van Aert compte bien utiliser sa puissance pour faire la différence. Le Sportif belge de l’année, qui a déjà porté trois fois le maillot noir-jaune-rouge chez les élites (2016-2017-2018) espère récupérer la belle tunique tricolore, endossée par Toon Aerts en 2019 à Kruibeke et par Laurens Sweeck il y a un an à Sint-Anneke.

Notre consultant cyclo-cross Gérard Bulens, qui commentera ce dimanche après-midi sur Tipik les deux courses de ce National (départ de l’épreuve féminine à 13 heures 40 et de l’épreuve masculine à 15 heures 10), fait naturellement du coureur de Jumbo-Visma l’homme à battre.

Gérard, au niveau belge, Wout Van Aert n’a sur papier aucun adversaire à sa taille dans les labourés !

" Il est une catégorie au-dessus des cyclo-crossmen qui seront au départ à Meulebeke. Mais… c’est un championnat et dans les championnats de cyclo-cross, depuis trente ans, j’ai assisté à beaucoup de surprises ! J’ai vu un Danny De Bie, grand favori, battu par Paul Herijgers. J’ai vu un Herijgers, grand favori, battu par Erwin Vervecken. Et plus proche de nous, j’ai vu un Sven Nijs, que tout le monde connaît très bien, grand favori, battu à deux reprises par Klaas Vantornout. C’est donc une course qui doit être disputée. Même si les qualités de Wout Van Aert jouent indiscutablement en sa faveur. "

Sur base des résultats du début de la saison de cross, le champion d’Europe Eli Iserbyt semblait être le seul Belge capable de concurrencer Van Aert. Mais il s’est blessé au coude lors de la manche du Superprestige de Zolder le 26 décembre. 

" C’est vrai qu’Iserbyt ne sera pas dans une position favorable. Il a malgré tout roulé la course du 1er janvier à Baal (NDLR : dans le cadre du Trophée X2O Badkamers) où il a été très très actif sans pour autant rivaliser avec les meilleurs. Il faudra voir comment s’est passée cette semaine et s’il supporte la douleur car il refuse toute infiltration pour le soulager. Il peut quand même jouer un rôle au sein de son équipe Pauwels Sauzen-Bingoal aux côtés de Michael Vanthourenhout et du champion de Belgique en titre Laurens Sweeck. "

On ne sait pas quelles sont les obligations qu’il a dû gérer tout au long de cette semaine, des obligations qui ont pu potentiellement le perturber dans ses entraînements. Mais j’ai le sentiment que cette naissance va le motiver davantage.

Pour Van Aert, quelle semaine particulière ! Lundi, son épouse Sarah a accouché d’un petit Georges. Devenir papa à proximité d’une grande compétition, c’est toujours spécial pour un sportif de haut niveau. Mais ça pompe aussi pas mal d’influx nerveux. Comment sentez-vous Wout à l’approche de l’évènement ?

" Ça doit le booster ! Il en a tellement parlé ces derniers temps. Il avait même expliqué qui si le bébé était arrivé samedi ou dimanche, il aurait déclaré forfait pour le championnat. Ça prouve sa motivation d’être à côté de son épouse dans un moment comme celui-là. Donc, oui je pense que la naissance est un boost. Mais bon, on ne connaît jamais profondément la psychologie des gens. Et on ne sait pas quelles sont les obligations qu’il a dû gérer tout au long de cette semaine, des obligations qui ont pu potentiellement le perturber dans ses entraînements. J’ai bien connu Wout plus jeune et j’ai le sentiment que ça va le motiver davantage. "

On sait ce que représente désormais Van Aert dans le peloton et dans le public depuis quelques mois. La naissance de son fils a véritablement fait le buzz sur les réseaux sociaux. La photo des pieds de Georges sur Instagram a été likée… 130 000 fois en quelques heures !

" Woah Wout… c’est indiscutable ! Il est devenu le coureur belge le plus en vue aujourd’hui. Grâce à ses résultats sur la route. Grâce aussi à son retour dans les labourés. Même si ça n’a pas été tout de suite un retour gagnant, il a vraiment dynamisé les cross auxquels il a pris part. Il est important de rappeler qu’il a été l’un des seuls véritables adversaires de Mathieu Van der Poel ces dernières semaines. Il s’est fixé trois objectifs : ce Championnat de Belgique, le Championnat du Monde bien sûr où l’opposition sera beaucoup plus forte, mais aussi la Coupe du Monde dont il disputera la dernière manche à Overijse le 24 janvier. Il est le leader provisoire et une deuxième place lors de l’ultime course sera suffisante pour lui permettre de décrocher le classement final. Gagner la Coupe du Monde, c’est la certitude d’engranger un prize money intéressant. Et puis, cela reste une victoire qui compte sur la planète cyclo-cross. D’autant plus qu’il n’aura pas participé à toute la saison. "

Je crois que Wout est proche d’une prolongation avec Jumbo-Visma. Franchement, sauf grosse somme qui viendrait faire la différence, il va sans doute rester où il est. Il a montré qu’il avait confiance en cette équipe et surtout la direction de l’équipe a montré qu’elle avait vraiment confiance en lui ! Je ne suis pas certain qu’il jouirait de la même confiance chez Ineos Grenadiers. Mais est évident qu’il doit être rémunéré en fonction de ses qualités.

Wout Van Aert a donc dû gérer cette semaine l’arrivée de Georges. Il a également commencé à négocier une prolongation de contrat avec son équipe Jumbo-Visma (NDLR : on parle d’un contrat de 3 millions d’euros) puisque son contrat actuel expire fin 2021. On sait que ce sont des moments parfois délicats pour les sportifs…

" Absolument ! Mais il est bien épaulé au niveau management et agent. Et puis, deuxième chose, le connaissant un peu, il a souvent montré au cours de ses jeunes années, qu’il avait des idées assez arrêtées. Je crois, comme on le dit dans la presse spécialisée en ce moment, qu’il est proche d’une prolongation avec Jumbo-Visma. Franchement, sauf grosse somme qui viendrait faire la différence, il va sans doute rester où il est. Il a montré qu’il avait confiance en cette équipe et surtout la direction de l’équipe a montré qu’elle avait vraiment confiance en lui ! Ineos Grenadiers, qui lui fait les yeux doux, multiplie les grands leaders. Je ne suis pas certain qu’il y jouirait de la même confiance et qu’on lui offrirait un premier rôle. Alors que ce premier rôle, chez Jumbo-Visma, il le possède ! "

Une certitude : il deviendra l’un des coureurs les mieux payés du peloton !

" Oui, bien sûr. Quand, dans une saison perturbée, vous remportez les Strade Bianche, Milan-San Remo et deux étapes au Tour de France en faisant le travail qu’il a réalisé pour son leader Primoz Roglic en montagne où il a dépassé ce qu’on pouvait attendre de lui, quand vous devenez vice-champion du Monde aussi bien en ligne que dans le contre-la-montre, il est évident qu’il doit être rémunéré en fonction de ses qualités. Quand j’ai dit qu’il était le meilleur coureur belge, je pense qu’en 2020, il était le meilleur coureur de l’année, à tous les niveaux. "

Quelle valeur aurait un nouveau maillot national pour lui ? Wout Van Aert est un garçon ambitieux qui a encore un tout petit peu de place dans… sa garde-robe !.

Wout Van Aert a été trois fois champion de Belgique de cyclo-cross chez les élites. Quelle valeur aurait encore pu lui un quatrième titre ?

" Il y a tout d’abord l’amusement ! C’est un élément important. Comme Mathieu Van der Poel, Wout Van Aert est un garçon ambitieux qui a encore un tout petit peu de place dans… sa garde-robe ! "

 

Ré-écoutez l’intégralité de cette interview de Gérard Bulens en cliquant sur le média en haut de l’article.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK