Mondiaux de cyclisme : Remco Evenepoel : "Je serai là pour aider van Aert, pas pour tuer l’équipe"

A trois jours de la course en ligne aux Mondiaux de cyclisme, la pression commence tout doucement à monter. La Belgique pourra-t-elle devenir championne du monde devant ses fans ? Remco Evenepoel s’est entretenu à notre micro pour aborder cet engouement à quelques jours seulement d’un dimanche qui s’annonce intense.


►►► À lire aussi :  "Dream big!" Thibau Nys dans la lignée des Van Aert, Van der Poel et Pidcock, les adeptes du combi "boue-asphalte"!

►►► À lire aussi : Mondiaux de cyclisme : Van Aert, Colbrelli, Alaphilippe ou les Danois, qui sont les favoris de la course en ligne ?


 

Le jeune coureur préfère rester calme et profite de ces moments passés avec l’équipe. "L’ambiance est bonne, on rigole beaucoup à l’entraînement. Tout le monde est prêt. Cela ne sert à rien de stresser dès maintenant car il reste encore trois jours".

Si le natif de Schepdael garde son sang-froid, il est bien conscient de la responsabilité mise sur les épaules de l’équipe belge "On était déjà favoris ces derniers temps mais on l’est davantage depuis l’année passée. Les huit coureurs devront être prêts pour supporter la pression de cette course et je suis sûr que ce sera le cas. Chacun sait ce qu’il a à faire. On doit aller à la guerre parce que les autres ne vont pas nous donner la victoire". 

Si la Belgique ne venait pas à s’imposer dimanche, pourrait-on qualifier la défaite d’échec ? Evenepoel préfère temporiser. "Non parce que les autres équipes sont très fortes. Je pense à l’Italie, à la France ou au Danemark. Il y a aussi des gars comme Sagan, van der Poel et Matthews qui peuvent gagner. On devra faire le boulot et s’il y a des gens plus forts, ce sera comme ça. C’est la vie... Ce ne sera donc pas un échec sauf si on fait une mauvaise course. On ne pense pas à ça".

Je ne suis pas là pour tuer l’équipe

Alors que certains voyaient Evenepoel ne pas se mettre au service de Wout Van Aert, le coureur de 21 ans a tenu à mettre les choses au clair "J’ai souvent entendu ça. Je suis Belge et on court en Belgique, je ne suis pas là pour tuer l’équipe. Je suis là pour Wout, c’est l’occasion de sa vie. Cela serait stupide de ne pas l’aider. Personne n’est plus fort que Wout sur ce parcours".

La Belgique n’a plus connu un Mondial de cyclisme à domicile depuis 2002. Le coureur de Quick-Step compte bien profiter du soutien des nombreux supporters attendus ce dimanche. "Les sentiments vécus sur le podium à Bruges dimanche passé, je vais les garder à vie. C’était vraiment chouette. Je pense que cela sera encore plus fou ce dimanche. On aura besoin du public, cela nous donnera un supplément d’énergie. Quand j’ai vu les supporters italiens aux championnats d’Europe pour Colbrelli… ils étaient fous ! Cela lui a clairement donné des forces. Jouer un championnat du monde à la maison, ce sera vraiment spécial".

Au moment de choisir le principal adversaire de Van Aert, le Belge a sa petite idée. "Colbrelli, il m’a battu !"Avant de conclure, avec un grand sourire. "Ce serait beau qu’il ne gagne pas".

1 images
Remco Evenepoel est confiant à trois jours de la course en ligne. © Belga
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK