Mondiaux de cyclisme 2025 à Kigali au Rwanda : "ça va plaire aux Belges, il y a des pavés !"

Pour la première fois de l'histoire, les championnats du monde de cyclisme auront lieu sur le continent africain, à Kigali, capitale du Rwanda. L'UCI avait fait part de sa volonté d'inviter l'Afrique à la table du cyclisme mondial, et la balance a penché du côté de la candidature rwandaise, au détriment de celle venue de Tanger au Maroc. Le Rwanda a une véritable tradition cyclophile. Yvonnick Bolgiani, directeur sportif chez B&B Hotels / Vital Concept, a disputé le Tour du Rwanda au mois de mai. 

"C'était la première fois que j'allais au Tour du Rwanda. J'en avais entendu parler, notamment au travers des images de l'engouement et du public autour des routes. Je n'ai pas été déçu," dit-il, enjoué. " J'ai adoré mon expérience là-bas. C'était une année particulière parce qu'il y avait des limites de spectateurs avec le covid. Mais malgré tout, on voyait beaucoup de monde, on sentait qu'il y avait beaucoup de curiosité pour le cyclisme. Je suis très content pour eux qu'ils aient reçu ces championnats du monde".

A quel type de route peut-on s'attendre autour de la capitale du pays ? "Ce sont des routes très larges, assez belles et bien entretenues. Sur Kigali, ça va plaire aux Belges, il y a des pavés ! Sur le circuit qu'ils voulaient emprunter, il y a du pavé, il y a du dénivelé." Logique, pour un territoire qu'on surnomme "le petit pays aux mille collines". Pas mal de joyeusetés à prévoir pour la future sélection belge.

Un gros coup de projecteur sur le cyclisme africain

Bolgiani mentionne tout de même l'altitude comme point d'attention pour sélections qui feront le déplacement. "Kigali est à près de 1600m d'altitude. Ce sera intéressant. Au Tour du Rwanda, tout était très bien organisé. C'est une épreuve qui n'a rien à envier aux différentes épreuves en Europe."

Il se réjouit aussi du coup d'accélérateur que pourrait donner cet événement pour le cyclisme africain en règle générale. Les coureurs d'Afrique noire commencent à se faire une place dans les équipes majeures, et la tenue de ces mondiaux pourrait avoir un impact positif à l'avenir. "Cela va mettre un coup de projecteur sur le cyclisme africain, qui est en plein développement Il y a des bons coureurs qui marchent bien, notamment chez Intermarché Wanty-Gobert (NDLR : l'Erythréen Girmay Hailu). J'avais déjà fait le Tour du Gabon et ça avait été une bonne expérience aussi."

Avant de se disputer la couronne mondiale au Rwanda en 2025, les coureurs passeront d'abord par l'Australie (2022), le Royaume-Uni (2023) et la Suisse (2024).

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK