"Omega Pharma-Lotto est-elle digne de Gilbert?"

Philippe Gilbert
Philippe Gilbert - © Belga

Omega Pharma-Lotto est au centre des discussions depuis hier. L'équipe a organisé après l'étape une réunion au sommet dans le bus entre le champion de Belgique Philippe Gilbert, Marc Sergeant et Herman Frison. En cause, le fait que le Belge n'ait pas suivi les directives de l'équipe et lancé André Greipel.

Suivez la course en live dès 13h50

"On est une équipe a qui a eu le plus de victoire depuis le début. Tout va bien." affirme Philippe Gilbert. "Je n'ai pas de problème avec Greipel. Les sprinters sont impulsifs. Peut-être qu'il n'a pas su retenir ses paroles."

Cédric Vasseur explique cette polémique par la nervosité : "C'est une des conséquences de la nervosité du peloton, on l'a vu avec les chutes. Il y a une montée d'adrénaline lors des sprints et on peut en montant dans le bus, être fâché. Mais tout dépend du message qui est passé par les directeurs sportifs lors du briefing de l'étape."

Rodrigo Beenkens défend Philippe Gilbert : "Je ne comprends pas cette polémique. Philippe est numéro 1 mondial et rapporte 99% des revenus publicitaires à Lotto. Nous n'avons pas tous les éléments en main, nous ne sommes pas en contact direct avec les coureurs, mais on peut ressortir des faits objectifs: il a ramené Van den Broeck deux fois, il a replacé Greipel durant le sprint et il l'a même poussé."
"Philippe est maillot vert. Je ne vois donc pas où il peut y avoir une polémique. Je ne vois pas ce que cherche Greipel. En 7 ans il n'a jamais battu Cavendish alors que Philippe était à deux doigts de le faire hier."

Le spécialiste cyclisme de la RTBF termine: "Je ne sais pas à quel jeu joue la direction de Philippe Gilbert. Si Gilbert est Français dans une équipe française, on a une toute autre attitude. Je me demande si une équipe comme Omega Pharma-Lotto est digne d'avoir un coureur du niveau de Philippe Gilbert dans son équipe."

Marc Sergeant directeur sportif réaffirme les priorités de l'équipe: "La pression monte, c'est normal. Tout le monde veut quelque chose. Je préfère des gars déçus après la course que des gars qu'on ne voit pas. Nous visons le classement général, c'est notre priorité. On a fait une réunion après l'étape mais rien de grave."

Jelle Vanendert annonce lui des "petits problèmes de tactique au sein de l'équipe."

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK