Liège-Bastogne-Liège 1987: Le triplé pour Argentin, final cruel pour Criquielion

19 avril 1987, le duo Stephen Roche/Claudy Criquielion s'échappe dans La Redoute et creuse irrémédiablement l'écart sur le groupe des favoris où se trouve l'Italien Moreno Argentin, double tenant du titre.

Les deux hommes se présentent à Liège avec une minute d'avance. Sur le Boulevard de la Sauvenière, ils commencent à ralentir l'allure et l'avance fond comme neige au soleil. Personne ne veut prendre la tête en vue du sprint. "Nous n’étions pas spécialistes du sprint et j’avais pleinement conscience, comme Claudy, que si j’emmenais l’emballage final, j’étais battu. Nous l’avons joué à l’influence, mais aucun de nous n’a craqué" a déclaré Stephen Roche quelques années après.
Personne ne craque... mais personne ne voit revenir un groupe de coureurs, qui ne réfléchit pas et en quelques minutes reprend le duo de fuyards. Robert Millar, Moreno Argentin et Yvon Madiot reviennent sur les deux hommes de tête.

"Lorsque j’ai vu Argentin nous doubler, j’étais totalement anéanti…" concède encore Stephen Roche. "J’avais laissé filer une occasion en or. Avec Claudy, nous voulions tous deux trop remporter cette course."

Évidemment, ce qui devait arriver arriva. Argentin est trop fort. Il lance son sprint directement, dès le dernier virage passé. Il règle facilement Stephen Roche et Claudy Criquielion.

"Je ne sais pas si vous pouvez vous rendre compte de ce que c’est, pour un coureur qui vient de faire 260 kilomètres aussi durs et qui croit enfin gagner, d’apercevoir au dernier moment un sprinteur dans son dos…" concède Criquielion après la course.

4ème en 1982, 7ème en 1984, 2ème en 1985, 4ème en 1986, le Belge échoue une nouvelle fois dans sa quête de la Doyenne. Il est le dindon de la farce d'un final mythique et cruel, qui restera dans la légende du cyclisme. Probablement l'année où Claudy Criquielion est passé le plus près de son rêve.

 

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir