Les sportifs se confi(n)ent : Loïc Vliegen appelle au respect des mesures

En cette période de confinement pour de nombreux pays d’Europe et du monde entier, nous avons demandé à différents sportifs de nous raconter leur ressenti sur la situation, mais aussi de nous expliquer leur façon de garder la forme. Chacun d’entre eux choisit évidemment de relativiser sa propre situation en comparaison de celles de nombreuses personnes beaucoup moins chanceuses actuellement.

Le cycliste wallon Loïc Vliegen (Circus-Wanty Gobert) a répondu favorablement à notre demande, et il souhaite faire passer un message. "J’aimerais faire passer un message aux gens, surtout aux cyclistes. Pour l’instant, nous avons la chance de pouvoir encore sortir à vélo et se libérer l’esprit. Mais, s’il vous plaît, respectez les mesures de l’Etat. C’est vraiment important. Ne circulez pas à plus que deux, prenez l’air, mais en respectant les mesures. C’est ensemble que l’on va vaincre ce virus", explique Loïc Vliegen.

Gainage et musculation

Pendant ce confinement, Loïc peut toujours rouler, mais en respectant les mesures du gouvernement. S’il maintient ses sorties d’entraînements, son quotidien est tout de même influencé par le confinement et le coronavirus. "J’essaie de rester un maximum à la maison, sauf pour aller m’entraîner. Après, le but est de 'tuer le temps' et de s’occuper : repos, s’occuper de la maison, regarder Netflix. Cette situation, c’est un mal pour un bien. Il faut que tout le monde respecte ce confinement et le monde sera bien mieux ensuite".

"J’en profite pour faire plus de gainages et de musculation à la maison. Ça me permet de me renforcer et de ne pas perdre trop de fibres musculaires. Je suis souvent à l’entraînement avec Boris Vallée (coureur de l’équipe Bingoal-Wallonie-Bruxelles). On est tous les deux dans la même situation, sans compétition, et on ne sait pas pour combien de temps. L’Etat nous autorise, pour l’instant, à rouler seul ou à deux. Pour moi c’est toujours mieux de sortir à deux, en respectant les consignes, car ça permet de s’entraider ; se motiver et parler d’autre chose".

Le confinement, une belle leçon de vie

"Je vis plutôt bien ce confinement car ça permet de nous rendre compte que finalement, on a la belle vie. Quand la vie est 'normale', elle n’est pas si mauvaise. Je crois qu’après cet épisode du coronavirus, on vivra autrement. Ça va faire réfléchir et la vie sera différente par la suite".

"Quand nous aurons retrouvé une situation normale, il faudra refixer mes objectifs pour la saison, refixer un pic de forme. J’irai aussi revoir mes grands-parents, car avant le confinement belge j’étais déjà à l’étranger et du coup, je ne les ai plus vus depuis longtemps. Voir aussi la famille en général et les amis. Et puis, vu que j’adore ça et que je peux me le permettre de temps en temps, aller dans mon restaurant préféré !", conclut le coureur wallon.