Les réactions des principaux coureurs

Le podium du championnat du Monde
Le podium du championnat du Monde - © Belga/AFP

Matti Breschel, Allan Davis et Filippo Pozzato se sont livrés après la course. Retrouvez ici leurs déclarations

Matti Breschel (Dan), 2e: "C'est ma deuxième médaille (bronze en 2008). J'espère que je la changerai en or l'an prochain, à Copenhague. Le parcours ne sera pas aussi difficile qu'ici mais il y a pas mal de petites routes et après 260 kilomètres, ce sera usant. Ici, c'était vraiment dur. J'ai bien essayé dans le sprint, c'était un effort très long, mais Thor (Hushovd) était trop fort."

Allan Davis (Aus), 3e
: "J'ai vécu un moment très spécial, j'espère que je le connaîtrai de nouveau. Je ne serais pas monté sur le podium si mes coéquipiers ne m'avaient pas aidé. Cadel (Evans) et moi avons été protégés durant toute la course, nous avons pu jouer notre carte. J'étais très confiant car je savais que j'étais en forme. J'ai eu ce championnat en tête durant toute la saison."
      
Filippo Pozzato (Ita), 4e: "Nous avons bien couru, nous avons montré un esprit de groupe comme l'enseignait Franco (Ballerini, l'ancien sélectionneur décédé en début d'année) et comme le demandait Paolo (Bettini, le responsable actuel). Dans le dernier tour, j'ai souffert de crampes sur l'attaque de Gilbert. Pour le sprint, j'ai pris la roue de Hushovd et j'y suis allé. J'ai fait un bon effort mais je n'ai pu faire mieux que quatrième. Dommage, parce que l'occasion était belle. C'était une arrivée idéale pour moi."

Greg van Avermaet (Bel), 5e: "Hushovd était dans ma roue pour le sprint, il m'a dépassé si rapidement que j'ai compris tout de suite qu'il allait gagner. Nous, c'était la victoire que nous visions. Donc, une cinquième place ne peut pas être satisfaisante. J'ai tout donné pour Philippe (Gilbert) jusque dans le dernier tour. J'ai fait le rythme pour qu'il puisse attaquer. C'est quand il a été repris que je me suis préparé pour le sprint. J'ai pu me replacer mais je fais seulement 5e."

Romain Feillu (Fra), 10e: "Je suis encore un peu en dessous. J'ai dû m'employer dans le dernier tour. Les sprinteurs comme Cavendish, Farrar et Greipel n'étaient plus là, c'était donc un final pour puncheurs, et dans ce domaine je suis encore un peu juste. J'ai géré mes efforts pour rester dans le groupe. J'ai entamé le sprint dans la roue de Thor Hushovd mais je ne suis pas parvenu à la garder."

Paolo Bettini (sélectionneur de l'Italie): "Avec un peu de chance, on pouvait monter sur le podium avec Pippo (Pozzato). Une médaille aurait récompensé le groupe. Nous avons voulu une course de ce type. Ce n'était pas facile de faire la décision, on l'a vu avec Gilbert. Bravo à Hushovd, qui a su courir à la perfection sans une vraie équipe pour lui."


Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK