Les "Ladies" de l’équipe Wallonie-Bruxelles feront leurs grands débuts sur le Samyn

Ce mardi c’est le Samyn, la course d’ouverture en Wallonie. Avec au menu la course hommes évidemment, mais aussi la version féminine. On retrouvera pour la première fois la toute nouvelle équipe féminine wallonne, qui s’appelle Ladies Bingoal Wallonie Bruxelles. Une structure dont la direction sportive a été confiée à Ludivine Henrion ex-coureuse professionnelle.

8 images
© @Ladies Bingoal Wallonie-Bruxelles

Il est 9h30, samedi, place d’Audregnies près de Quiévrain. Ludivine Henrion a fixé rendez-vous aux sept filles qui seront alignées sur le Samyn. Ce sera la première course de la nouvelle équipe wallonne qui a été lancée en un temps record.

La "boss" fixe rapidement le cadre de cette reconnaissance : "On ne va pas faire une sortie de 5 heures. Vous aurez donc le temps de récupérer. Mais je vous demande de tout donner sur les pavés. Si vous n’avez pas trop envie de rouler sur les pavés aujourd’hui et bien rentrez chez vous tout de suite parce que ce n’est pas le bon plan ", dit Ludivine en éclatant de rire.

8 images
© Tous droits réservés

L’équipe féminine amateur, Ottignies Perwez, a donc rapidement changé de nom pour devenir Bingoal-Wallonie Bruxelles Ladies. Avec 29 filles hypermotivées, qui s’entraînent quand les cours ou le boulot sont terminés.

Luc Mayné le Président du club n’a jamais connu pareil engouement dans une équipe cycliste : "Moi cela fait 13 ans que je suis Président d’une équipe cycliste. C’est vrai qu’avec les hommes on a tout connu. Y a eu des très très grands moments on a eu des champions de Belgique. Ici c’est tout à fait différent. On se retrouve dans une autre ambiance. Lorsqu’on met un message sur WhatsApp pour dire qu’on est retenu pour une course, ou si on souhaite un bon anniversaire, directement il y a 22 messages qui suivent. Et quand on décide de faire un entraînement collectif n’importe où en Belgique elles sont toutes les 20 là. Pour nous c’est hyper motivant évidemment".

8 images
Le secret d’Eleanore Wiseman pour passer les pavés ? Essayer de voler… © @Ladies Bingoal Wallonie-Bruxelles

Pour cette reconnaissance, par bulle de quatre, les maillots jaune fluo filent sur les pavés abîmés du parcours du Samyn. La Bruxelloise Eleanore Wisman découvre les pavés, et au fil des sorties elle commence à apprécier le symbole de l’enfer du nord : "Il faut être à l’aise sur son guidon et pas tout prendre dans les mains. Les premières fois que j’ai fait les pavés je me suis retrouvée avec des cloches partout parce que j’étais tellement agrippée. Il faut essayer de prendre le dessus des pavés comme si on volait sur les pavés".

 

8 images
Ludivine Henrion change la roue de Justine Vromanne qui a crevé dans un des secteurs pavés. © @Ladies Bingoal Wallonie-Bruxelles

Derrière, Eleanore, Justine Vromanne, la tournaisienne de 24 ans, est décrochée. Les pavés ont eu raison de son pneu arrière : " J’ai crevé. J’ai pris un trou et j’ai crevé. J’ai pris un virage et il y avait un petit trou et ma roue est allée dedans. J’ai dû rejoindre Ludivine pour changer de roue et je suis repartie, mais c’était dur de revenir sur les autres filles ".

8 images
© @Ladies Bingoal Wallonie-Bruxelles

Ludivine est impressionnée par l’enthousiasme mais surtout par le niveau de ses protégées. "Au départ on voulait faire une équipe de minimum quinze filles et on s’est dit quinze filles en Wallonie ça va être chaud à trouver. Il fallait aussi qu’elles nous fassent confiance parce qu’on est une nouvelle structure. Finalement on se retrouve à 29 filles le double. Et en plus des filles qui ont le niveau. On voulait essayer d’aligner minimum quatre Wallonnes sur le Samyn, comme c’est une course en Wallonie et finalement elles seront 6 sur 7 partantes, c’est vraiment super".

8 images
La jeune Fiona Mertens vit un rêve éveillé avec sa nouvelle équipe. © @Ladies Bingoal Wallonie-Bruxelles

Les filles ont le moral gonflé à bloc, entre impatience, nervosité et un petit stress lié à cette première course officielle : "C’est un rêve de pouvoir participer au Samyn. Si on m’avait dit il y a quelques mois j’aurais rigolé quoi. J’ai envie de prendre du plaisir, de continuer comme ça et de voir et peut-être progresser de course en course ", confie Fiona Mertens.

 

8 images
Ludivine Henrion espère que plusieurs de filles termineront le Samyn ce mardi. © @Ladies Bingoal Wallonie-Bruxelles

Avec un budget global de 100.000 euros, l’équipe a un statut amateur. Loin des équipes worldtour ou continentale. Mais les sponsors se poussent au portillon pour parrainer cette première équipe wallonne et le statut pourrait changer dès l’année prochaine : " Avec Ludivine on est parti sur un projet de 3 ans. Si cette saison se passe bien et si les courses amateurs ont lieu, on pourrait imaginer passer l’an prochain en continentale, l’équivalent de la division 2 mondiale ", confie Luc Mayné le patron de l’équipe.

Ce qui permettrait d’avoir une équipe "Ladies" et une équipe espoirs avec des jeunes. Ludivine ne pense pas encore à 2022. Elle ne pense qu'au Samyn. L'ex-coureuse pro est anxieuse, impatiente, nerveuse aussi. Elle a hâte de voir où se situent ses filles par rapport à la concurrence, même si elle a une petite idée : " Si on n’a pas la poisse ce mardi, il y a plusieurs filles qui finiront et ce sera déjà pour nous une grande réussite ".

Le Samyn des Dames est à suivre ce mardi à partir de 14h15 sur Tipik.

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK