Le Samyn - Florian Sénéchal: "Notre collectif est notre atout face à Mathieu van der Poel"

Le vainqueur français de l'édition 2019 du Grand Prix Samyn, Florian Sénéchal (Deceuninck-Quick Sep), sera l'un des hommes à suivre mardi sur les routes de la 54e édition de l'épreuve inaugurale du calendrier professionnel en Wallonie.

Vainqueur en homme fort du GP Samyn 2019 et encore très actif dans la finale de l'épreuve wallonne en 2020, le Français Florian Sénéchal croit aux chances de son équipe Deceuninck-Quick Step de signer un 7e succès cette saison, mardi, sur les routes du Hainaut. Certes, le coureur de la formation de Patrick Lefevere n'a, selon lui, pas encore le nombre de jours de courses nécessaires pour être en pleine possession de ses moyens mais son parcours, samedi, au Circuit Het Nieuwsblad, lui a ouvert des perspectives.

"Je sais que j'ai besoin de 5 à 6 jours de courses pour commencer à bien prester et je me suis présenté au Circuit avec un seul jour", a expliqué lundi Florian Sénéchal lors d'un point presse virtuel de son équipe. "Le Circuit a été comme un déblocage que j'espère décliner mardi au GP Samyn. J'apprécie cette course qui est proche de chez moi, son parcours, son public, même s'il sera absent en raison de la crise sanitaire."

Interrogé sur la présence de Mathieu van der Poel au GP Samyn, Florian Sénéchal a mis en avant le collectif de son équipe comme atout dans la lutte pour la victoire. "Van der Poel est certes un des meilleurs, si pas le meilleur, coureurs du monde actuellement. Il l'a encore montré à Kuurne. Mais je pense que notre collectif est bien plus important que le sien, avec Hodeg et Cavendish pour un sprint, et avec Van Lerberghe et moi-même. Je pense qu'on peut s'attendre à une course d'attente ce mardi et que tout se décantera dans la finale."

Le coureur français, 7e du Circuit Het Nieuwsblad et 2e de la Clasica Almeria cette saison et qui disputera Paris-Nice au service de Sam Bennett, gagne en confiance chaque année. "Je connais mes repères, l'équipe me fait confiance. Chez nous, chacun a sa chance de gagner, nous avons un gros collectif, tout le monde se met au service du coureur désigné. Je me vois continuer dans cette formation, si je peux. J'ai des victoires (GP Samyn, Druivenkoers), de nombreux top 10, mais on ne retient que les grandes victoires, qui se méritent. Mais je pense avoir le niveau. J'espère avoir carte blanche pour Paris-Roubaix, mais ce n'est pas moi qui décide. C'est le type de course qui me ressemble, comme le GP Samyn."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK