Le parcours du Voo Tour de Wallonie 2019 sourira à un puncheur

Le parcours du Tour de Wallonie 2019 sourira à un puncheur
Le parcours du Tour de Wallonie 2019 sourira à un puncheur - © Tous droits réservés

C’est presque un retour aux sources pour fêter la 40e édition du Voo Tour de Wallonie dont le nom a évolué au fil des décennies. Le temps des quatre jours du Hainaut devenu Tour du Hainaut occidental puis Tour de la région wallonne est révolu mais l’esprit est toujours bien là. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la première étape de l’édition 2019 quittera Le Roeulx pour rejoindre Dottignies, le fief de Marc Ducquesnoy au service de la petite reine depuis 50 ans. " La volonté était claire de retourner dans l’ouest du Hainaut qui avait été délaissé ces derniers temps. On est très content de fêter l’anniversaire du VC Dottignies qui est très actif dans les organisations de jeunes depuis tant d’années. Je pense que c’est l’âme du cyclisme, c’est la base. " détaille Christophe Brandt, administrateur délégué de TRW organisation.

Une première étape qui aura un caractère de course flamande avec dans le final des difficultés que le peloton emprunte généralement au printemps. " C’est une étape qui va nous amener vers l’ouest de la province mais après la traversée de Tournai, on va se diriger vers les Mont de Frasnes où les coureurs trouveront le Kruisberg, la côte de Trieu et le Mont de l’Enclus. " Si les coureurs veulent faire bouger la course, ils trouveront un terrain pour le faire.

Le faux bond d’Etterbeek

La deuxième étape aurait dû emmener les coureurs d’Etterbeek à Beyne Heusay mais en fin de semaine dernière la commune bruxelloise a fait part de son désistement aux organisateurs.

Un coup dur en partie dû au passage du Tour de France en Belgique.

Nous avons reçu un courrier suite à un avis défavorable de la zone de police pour l’organisation du départ à Etterbeek. La police communale n’était pas en mesure d’assurer son rôle en matière de sécurité. Il y a déjà une grosse mobilisation du personnel pour le Tour de France et il n’est plus possible pour cette commune d’accueillir une autre épreuve en juillet ".

Un gros problème quand on sait que les autorisations de passage doivent être envoyées 3 mois à l’avance. " Il a fallu se retourner rapidement et on a finalement trouvé refuge à Waremme. Si on compare à un Tour de France où le passage est espéré sur chaque commune, on ne peut pas en dire autant des autres courses quelles qu’elles soient. Il est clair ça demande un gros travail administratif en amont.

Nous nous sommes dépêchés de retracer un parcours dans la hesbaye pour rejoindre Beyne via le mur de Fayembois qu’il faudra franchir à deux reprises. "

Les choses sérieuses arrivent avec la troisième et la quatrième étapes. La Roche – Verviers le lundi 29 juillet avec une boucle initiale autour de la Roche avant d’être en prise toute la journée jusqu’au signal de Botrange avant de plonger vers Verviers. Le lendemain, les coureurs partiront aux pieds des éoliennes de Villers le Bouillet à destination de Lierneux avec les difficultés ardennaises dont la côte des Hézalles à Trois-Ponts. " C’est l’étape la plus difficile en termes de dénivelé commente le patron du TRW. Ce ne sont peut-être pas des noms ronflants quand on regarde les côtes au programme mais la journée sera difficile et exigeante. C’est une étape qui va faire un tri dans le classement général. "

La fin est devenue presque une habitude à Thuin avec l’ascension du mur du même nom qui avait vu Dylan Teuns asseoir son succès en 2017. Une dernière bosse raide et technique où le placement sera primordial, si les écarts au classement général sont minimes, le spectacle sera au rendez-vous.

C’est une édition variée, pas la plus dure que l’on ait connue mais une belle édition qui permettra aux coureurs d’avoir une belle préparation pour la suite de la saison car après les échéances World Tour sont importantes ".

Dans la foulée du grand départ du Tour de France à Bruxelles, le Tour de Wallonie continuera à faire la fête au vélo à la fin du mois de juillet.

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK