L’UCI adapte "légèrement" ses sanctions contre les jets de bidons

Michael Schär avait fait le buzz lors du dernier tour des Flandres. Il avait fait les frais des nouvelles règles UCI entrées en vigueur le 1er avril dernier. Le coureur suisse avait été mis hors-course pour avoir jeté son bidon à des supporters à la sortie d’un virage. Une sanction sévère dénoncée dans le peloton. Ce mercredi, l’Union cycliste internationale a revu les sanctions concernant les jets de bidons.


►►► À lire aussi : Jet de bidon non autorisé : Schär réagit après sa disqualification au Tour des Flandres


L’UCI a donc réagi suite aux vives réactions des coureurs. Si les sanctions sont allégées, sur le fond pas de changement : "Les jets de bidons et de déchets en dehors des zones prévues à cet effet par l’organisateur restent interdits. Les coureurs bénéficient toutefois de la possibilité de se débarrasser de leurs bidons et déchets auprès des assistants des équipes positionnés le long du parcours, en charge du ravitaillement, et également auprès des véhicules suiveurs des équipes et de l’organisation".

Dans son communiqué l’Union Cycliste internationale confirme, avec fermeté, l’interdiction de jets de bidons vers le public : "Les jets de bidons au public, en particulier, constituent un danger avéré à la fois pour les coureurs et le public : à de multiples reprises, des chutes ont été causées par des bidons lancés aux spectateurs et revenant sur la route, et des spectateurs ont été blessés par des bidons lancés par des coureurs dans le public. L’UCI veut par ailleurs éviter que des fans, notamment des enfants, ne cherchent à s’approcher des coureurs pendant les courses, ce qui pourrait provoquer des accidents aux conséquences potentiellement dramatiques".

 

Lancer un bidon ne sera plus synonyme d’expulsion directe

Dans le cadre des courses d’un jour, lancer un bidon ne sera plus synonyme d’expulsion directe : "La première infraction sera punie d’une amende et d’un retrait de points UCI (respectivement de 100 à 500 francs suisses et de 5 à 25 points selon la classe de l’épreuve), tandis qu’une deuxième infraction entraînera la disqualification du coureur fautif. Le règlement prévoyait auparavant une amende, un retrait de points UCI et une disqualification immédiate dès le premier manquement".

Dans la cadre des courses par étapes, le changement est aussi, assez léger : "La première infraction sera punie d’une amende et d’un retrait de points UCI (respectivement de 100 à 500 francs suisses et de 5 à 25 points selon la classe de l’épreuve). La deuxième infraction entraînera une pénalité de temps (1 minute) et la troisième la disqualification. Le règlement prévoyait auparavant une amende, un retrait de points UCI et une pénalité de 30 secondes à la première infraction, 2 minutes de pénalité à la deuxième infraction et la disqualification à la troisième".

Une adaptation pour répondre à la grogne du peloton et qui permet surtout à l’UCI de ne pas perdre la face.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK