L'influent agent Jorge Mendes débarque dans le cyclisme... et agace le peloton

Cristiano Ronaldo, Jorge Mendes et Marc Madiot
Cristiano Ronaldo, Jorge Mendes et Marc Madiot - © Belga Image

Jorge Mendes est, aux côtés de Mino Raiola, le super-agent du football, avec des clients comme Cristiano Ronaldo ou José Mourinho. Il débarque dans le cyclisme... qui ne l'accueille pas à bras ouverts.

Gérant d'un vidéo-club et de discothèques au Portugal il y a une vingtaine d'années, Jorge Mendes, 55 ans, est surnommé 'le requin' par ses concurrents. Teint hâlé, sourire impeccable, il a été inquiété lors des Football Leaks.

Le Portugais, agent extrêmement influent, de Cristiano Ronaldo et de José Mourinho par exemple, débarque dans le cyclisme. Il s'occupe, par l'intermédiaire de son entreprise active dans le marketing, des intérêts de ses compatriotes Joao Almeida et de Ruben Guerreiro.

Il a aussi des accords avec le Danois Mads Pedersen, champion du monde sur route en 2019, et le Britannique Tao Geoghegan Hart, vainqueur du Tour d'Italie 2020. Une sphère d'influence qui semble s'élargir, de quoi inquiéter, voire fortement agacer, le peloton.

"Je n’ai pas envie de rentrer dans le système du football. Le système des agents dans le foot, c’est avoir un portefeuille de joueurs et les faire bouger le plus souvent possible pour passer au tiroir-caisse le plus souvent possible. On construit une spéculation dans une bulle financière du sport. Le foot est au bord du gouffre et là, on veut laisser entrer des gens comme Mendes dans le vélo. Je n'en veux pas moi ! Déjà, il ne va pas gagner dans le vélo ce qu'il gagne dans le foot. Il a peut-être d'autres idées en arrière-plan, mais elles ne sont pas bonnes. Ils vont essayer de s'approprier le système général du cyclisme. Ca serait encore plus catastrophique", a fulminé le bouillant et expérimenté Marc Madiot, 61 ans, manager de l'équipe Groupama-FDJ, sur RMC.

Et d'ajouter : "Il existe des agents dans le vélo, mais dans notre sport, il y a un élément extrêmement important : nous avons des contrats à durée déterminée et on respecte la durée du contrat. Il n'y a pas de transfert en vélo donc pas d'indemnisation pour un agent, qui vit grâce au petit pourcentage qu'il prend sur le contrat du coureur. On respecte une économie : je touche dix euros, je dépense dix euros et je ne spécule pas sur les cinq potentiels sur la revente potentielle d'un coureur."


►►► À lire aussi : Cyclisme, toutes nos infos


"Que se passe-t-il sur un joueur de football ne joue pas ? L'agent est au bord du terrain et il vient mettre la pression sur l'entraineur et sur le club... c'est insupportable ! Si j'avais l'agent d'un coureur qui venait m'emmerder tous les matins au départ d'une étape parce que je ne donne pas un rôle de leader à Pierre, Paul ou Jacques... le mec, je le mets dehors !", a aussi conclu l'ancien coureur français.

Bien sûr Marc Madiot ne représente pas l'entièreté du peloton et le système pratiqué par des agents dans le football arrangerait peut-être certains au sein d'équipes cyclistes, bien sûr des pratiques sont communes, comme des coureurs qui résilient des contrats pour signer ailleurs, mais la méfiance est clairement de mise autour du personnage controversé de Jorge Mendes.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK