L'ex-médecin de BigMat passe aux aveux

L'enquête est menée depuis janvier 2010 par l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) et avait conduit à l'audition, comme témoins, d'une dizaine de coureurs (7 pros et 3 amateurs) aboutissant à la mise en garde à vue de Philippe Bedoucha.

Ce médecin généraliste retraité a été déféré devant le Parquet de Créteil dans l'après-midi et mis en examen par le juge d'instruction en charge de l'affaire, explique le quotidien français sur son site.

Soupçonné d'avoir fourni de l'EPO et des hormones de croissance à des coureurs, cet ancien généraliste devait être présenté dans l'après-midi à un juge d'instruction en vue de sa mise en examen pour "cession et acquisition de produits dopants aux fins d'usage par un sportif".

Au cours de sa garde à vue, cet ancien responsable de la filière haut-niveau chez BigMat a affirmé qu'il se prescrivait lui-même de l'EPO pour soigner une maladie grave, admettant en avoir fourni ponctuellement à un coureur amateur.

"Il se dit victime d'un complot", selon la source judiciaire.

Selon des sources proches de l'enquête, les soupçons à son encontre sont étayés par des "éléments sérieux" et des témoignages à charge. Des ordonnances suspectes ont notamment été saisies à son domicile, selon la source judiciaire.

Dans cette enquête, sept professionnels de BigMat, dont un grand espoir du vélo français aujourd'hui dans une autre équipe, ont été entendus. "Ils ne sont pas montrés prolixes", selon une source proche.

Deux coureurs amateurs ont reconnu avoir utilisé des produits dopants et pourraient être convoqués "prochainement" par le juge d'instruction en vue de leur mise en examen, a expliqué la source judiciaire.

L'équipe BigMat, qui évolue en 3e division dans le circuit international, a régulièrement participé au Tour de France entre 1996 et 2001.

Belga
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK