Keisse est débouté et donc suspendu

Dès lors, sa suspension de deux ans pour dopage infligée par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) de Lausanne se poursuivra jusqu'au 6 août 2011 en ce qui concerne les courses à l'étranger. En revanche, comme Keisse a obtenu dans un arrêt du tribunal de Bruxelles, le 10 novembre 2010, la suspension provisoire en Belgique de la décision du TAS, le coureur voit sa suspension prolongée jusqu'au 27 janvier 2012 pour toute épreuve organisée en Belgique.

Keisse avait été contrôlé positif le 23 novembre 2008 lors des Six Jours de Gand. Après avoir été non-actif pendant 11 mois, le coureur avait vu la Commission de discipline de la fédération belge de cyclisme le blanchir. Cette décision avait été annulée par le TAS qui l'avait suspendu deux ans. Le 10 novembre dernier, le tribunal de Bruxelles, en référé, a suspendu la décision uniquement en Belgique car il s'estimait incompétent pour suspendre une décision arbitrale à l'étranger.

Keisse a été en appel afin de faire annuler également sa suspension hors des frontières belges.

La Cour d'appel a estimé jeudi, puisque la suspension était maintenue par l'UCI à l'étranger, "qu'il n'était plus opportun de se prononcer sur la demande de M. Keisse et l'en a débouté, sans se prononcer sur sa compétence", précise l'UCI dans son communiqué.

Patrick Lefevere: "Cela a coûté beaucoup de temps et d'argent à Iljo Keisse"

"Tous les efforts déployés par Iljo Keisse afin de prouver son innocence ont probablement été vains. Cela a coûté un paquet d'argent et de temps au garçon. Que pouvons nous faire maintenant? Rien. C'est entre le coureur et l'UCI. Nous l'avons recruté quand il a été innocenté dans cette affaire et il a signé chez nous. Ensuite, la balle a continué de rouler. Nous n'avons pas eu une bonne publicité avec tout ça. Au contraire, bien que j'ai mes idées sur toute cette affaire".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK