Kasper Asgreen vainqueur du Tour des Flandres aux anges : "Tellement heureux de terminer cette campagne de classiques de cette façon"

Kasper Asgreen a surpris tout le monde en battant Mathieu van der Poel au sprint pour remporter le Tour des Flandres ce dimanche. Alors qu’on s’attendait à ce qu’il tente quelque chose de loin il a décidé de miser sur le sprint. "Je me sentais bien dans les derniers kilomètres. J’ai décidé de faire confiance à mon sprint. Dans le dernier kilomètre, j’ai laissé Mathieu devant. J’ai vu qu’il y avait 30 secondes donc je suis resté dans la roue comme ça, je pouvais décider quand je lançais mon sprint", explique le Danois.

Le coureur de Patrick Lefevere n’a pas douté mais est conscient que ça ne s’est pas joué à grand-chose : "C’était une course difficile, je pense qu’on était tous les deux à la limite et c’était vraiment une question de détails à la fin".


►►► À lire aussi : Alaphilippe, coéquipier fier : "Je ne suis pas surpris qu’Asgreen soit parvenu à battre van der Poel"

►►► À lire aussi : Wout Van Aert, 6e du Tour des Flandres : "Les jambes n’étaient pas là aujourd’hui"


Il devient le premier Danois depuis Rolf Sorensen en 1997 a remporté le Tour des Flandres, ce dernier a d’ailleurs peut-être joué un petit rôle dans cette victoire : "Rolf m’a appelé l’autre jour après ma victoire à Harelbeke et m’a donné quelques conseils. Ça a été une campagne de classiques extraordinaires cette année et je suis tellement heureux de la finir de cette façon".

Si la course semble avoir été menée de main de maître par les Elegant Quick-Step, le plan du jour laissait pourtant beaucoup de liberté aux coureurs : "On savait juste qu’à partir du second passage du Quaremont, il fallait commencer à y aller. On a fait la course parfaite. Les coéquipiers ont fait une journée extraordinaire. Un grand merci à eux et aussi à Tom (Steels) et Wilfried (Peeters). Ils connaissent tellement bien cette course. On connaissait chaque centimètre de la course et on savait exactement ce qu’on avait à faire".

Le résultat de cette leçon bien récitée n’est autre qu’une 14e victoire cette saison pour les tuniques bleues équipe qui a le plus gagné cette saison.

Florian Sénéchal : "C’est le plus fort qui gagne, tout simplement"

L’un des hommes en forme du Wolf Pack, Florian Sénéchal, a été impressionné par la victoire de son coéquipier : "C’était nerveux, il y a eu des chutes. C’était difficile de rester placé. Ça s’est fait à la pédale, au rouleau compresseur. C’est le plus fort qui gagne, tout simplement. Moi je ne pouvais pas aller plus vite. J’avais de bonnes sensations, après j’ai tout fait pour qu’on ne revienne pas sur Kasper. J’ai bloqué derrière, j’ai cassé le rythme, on a fait confiance à Kasper et il a gagné avec brio donc c’est le plus fort qui gagne aujourd’hui, il n’y a pas photo."

Impressionné, mais pas surpris : "Non il m’a déjà battu au sprint à l’entraînement. Quand c’est un peu dur, il est très fort. C’est un coureur qui a pas mal de qualités et une très grande confiance en lui. Dans le Quaremont apparemment il était vraiment fort. Je pense qu’ils étaient 50/50 au niveau de la condition mais il avait peut-être 2% de plus dans le sprint."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK