Julian Alaphilippe avant les Strade Bianche : "La chaleur va forcément jouer sur la course"

Julian Alaphilippe : "La chaleur va forcément jouer sur la course"
Julian Alaphilippe : "La chaleur va forcément jouer sur la course" - © DAVID STOCKMAN - BELGA

Julian Alaphilippe, dernier vainqueur à Sienne, s’élancera avec le dossard 1 ce samedi sur les Strade Bianche. Le Français avait lancé sa fantastique saison sur les routes de Toscane. Il concède qu'il est un peu moins bien que l’an dernier lors de sa victoire. La chaleur va aussi être déterminante.


►►► À lire aussi : Van Avermaet : "Étrange qu'une course aussi technique soit la première"
►►► À lire aussi : Philippe Gilbert : "Se dire que chaque course est peut-être la dernière"



"C’était mon premier gros objectif. Je suis arrivée ici avec une grande condition. J’avais attaqué le bloc italien (Strade, Tirreno, Milan-Sanremo) au top de ma forme. Je ne m’attendais pas spécialement à gagner, mais je savais que j’étais bien", se rappelle Alaphillipe qui s’était d’ailleurs imposé sur la Via Roma. "Ma condition est plutôt bien, peut-être pas encore exceptionnelle. J’ai bien travaillé en stage avec l’équipe. Je suis motivé. La course de samedi sera un bon test pour savoir où j’en suis".

"On doit être prêt à manger de la poussière"

En plus de ses jambes, un autre facteur sera complètement différent : la météo. "Rien qu’avec la température, cela va être complètement différent de l’année dernière. La météo annonce autour de 40 degrés, ça va forcément jouer sur la course. On a senti lors des derniers entraînements et pendant la reconnaissance que ce n’était pas les mêmes sensations. Avec une chaleur comme ça, il faut plus de temps pour récupérer après un effort et on doit être prêt à manger de la poussière".

Les favoris ? C’est peu l’inconnue

"Je m’attends à une course très difficile, très rapide", annonce-t-il. "Beaucoup de coureurs auront envie d’en découdre. On a une équipe très forte et on est prêt pour tous les scénarios. Il y a forcément de l’impatience. La course m’a manqué. Comme tout le monde, je pense. L’adrénaline commence à monter parce que c’est vraiment une course spéciale".

Concernant les favoris de ces Strade, c’est un peu l’inconnue. "C’est difficile de citer des noms, sans avoir vu des courses avant. Il y a des coureurs qui apprécient cette course et qui l’ont cochée comme objectif."

Ce n’est, on l’a compris, pas tout à fait son cas. "Je ne vais pas cacher que mes objectifs sont plus loin dans la saison. Vu l’incertitude actuelle, je sais que j’ai pris un risque. Je l’ai fait parce qu’il y a encore beaucoup de courses qui me tiennent à cœur et où j’ai envie d’être bien. J’espère que la situation va continuer de s’améliorer et qu’on va se diriger vers un retour à la normale".

Un souhait partagé par beaucoup et pas seulement au sein du peloton.

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK