Il y a vingt ans jour pour jour, le "Roi Lion" ressuscitait sur Paris-Roubaix

En 1998, il avait quitté Paris-Roubaix blessé, au bord de l'amputation, avec une rotule fracturée. Deux ans plus tard, Johan Museeuw, le Lion des Flandres, revient sur l'épreuve et prend sa revanche de la plus belle des manières, en remportant pour la deuxième fois l'Enfer du Nord.

Jamais Johan Museeuw n'est parti d'aussi loin pour remporter une victoire. Après avoir attaqué à 53 kilomètres de l'arrivée, du côté de Mons-en-Pévèle, pour prendre la roue de l'Américain Frankie Andreu qui s'était porté en tête, le Belge dépose l'Américain avec une facilité déconcertante. "C'était, je crois le moment juste" a affirmé Museeuw à son arrivée "D'abord parce que j'avais beaucoup d'équipiers derrière, et je sais que Tafi, Zanini, Steels ont beaucoup travaillé, ensuite parce qu'Andreu comptait aussi quatre US Postal dans ce groupe. Je savais que la poursuite serait compliquée, et même si c'était long, j'ai préféré y aller. J'ai vite vu qu'Andreu était fatigué, j'ai dû le laisser..."

Une douloureuse parenthèse qui se referme...

Parti dans un sprint de plus de 30 kilomètres, Museeuw réussit à préserver une courte avance sur un groupe réglé par Peter Van Petegem devant Erik Zabel, Tristan Hoffman et Stefano Zanini.


>> Retrouvez plus de 60 résumés en vidéo de Paris-Roubaix


Mapei assied encore un peu plus sa domination sur l'épreuve en remportant un cinquième victoire dans l'épreuve en six ans. Museeuw efface l'image du cycliste au sol de 1998, au bord de l'amputation, pour celle d'un sportif en pleine possession de ses moyens, avec un genou totalement guéri, qu'il désigne en franchissant la ligne. Il referme aussi une douloureuse parenthèse de la plus belle des manières en ajoutant à son retour au plus haut niveau une dose de panache que seuls les coureurs d'exception peuvent se permettre.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK