Gilbert: "Une course exigeante, j'ai dû perdre beaucoup de poids"

Philippe Gilbert
Philippe Gilbert - © DIRK WAEM - BELGA

L'équipe Deceuninck - Quick-Step a couru quelque peu à contre-temps ce dimanche lors de Gand-Wevelgem. D'abord piégée par l'échappée d'une vingtaine d'hommes où elle était représentée uniquement par Declercq, l'équipe de Patrick Lefevere a tout de même fait le nécessaire pour revenir sur la tête de course.

Grâce notamment au boulot de Zdenek Stybar et Philippe Gilbert dans les derniers kilomètres , le champion d'Italie Elia Viviani a pu se présenter dans le groupe de tête pour le sprint mais n'est pas parvenu à conclure en terminant à la 19e place.

"C'était une course exigeante avec énormément de vent et d'action", a expliqué Gilbert après la course. "On a roulé très vite toute la journée. Ça s'est vraiment battu. Il y avait cette grosse échappée avec une vingtaine de coureurs devant. On ne s'est pas énervé et on a essayé de rester ensemble. On est finalement parvenus à rentrer. Dans le final, il n'y avait plus que Stybar et moi pour rouler pour Viviani, qui disait qu'il se sentait bien. On devait choisir entre boucher le trou avec les échappés et lancer le sprint de Viviani. On ne pouvait pas faire les deux."

"C'était une course vraiment dure", a répété Gilbert. "Je n'ai pas eu le temps de manger. On a fait 250 kilomètres et j'ai à peine bu deux bidons et demi. Aujourd'hui, j'ai dû perdre beaucoup de poids. On va devoir récupérer en vue du Tour des Flandres. "

Naesen: "Dans ce genre de courses, il faut savoir utiliser son cerveau"

Troisième sur la ligne derrière Kristoff et Degenkolb, Oliver Naesen est une nouvelle fois monté sur le podium. Le leader de l'équipe AG2R La Mondiale est très satisfait de sa gestion de l'effort dans cette épreuve.

"On a eu un départ phénoménal. Je me suis fait surprendre par cette bordure de 20 coureurs. J'étais pourtant devant mais ça roulait trop vite. C'était trop tôt dans la course pour moi. Je n'ai pas stressé car il s'agit d'une course de 250 kilomètres. J'ai déjà été dans des situations comme celle-ci dans un groupe à 20 devant. La collaboration n'est pas top. J'en ai parlé avec mes équipiers et aux autres équipes. Je savais que ça allait revenir automatiquement."

C'est donc grâce à son expérience qu'il a pu jouer la gagne dans le final. Ce qu'il espère faire également dans un semaine au Tour des Flandres. "Dans ce genre de courses, il faut gérer et utiliser ton cerveau. Il faut rester à l'abri le plus longtemps possible pour garder de la fraîcheur. Je le sais car j'ai déjà été 'mort' dans ce genre de course. Ce sont des belles courses et c'est pour cela qu'on fait le vélo."Cela fait trois dimanches de suite que je fais des joli podiums donc c'est de bonne augure pour le 'Ronde'."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK