Gilbert, marqué par le froid : "J'ai les yeux qui brûlent et les lèvres un peu endormies"

Philippe Gilbert
Philippe Gilbert - © POOL PETER DE VOECHT - BELGA

Philippe Gilbert a tenté de dynamiter ce 73e Circuit Het Nieuwsblad à plusieurs reprises à plus de 50 kilomètres de l'arrivée. Gêné par une chute, le coureur de Quick-Step n'a pas pu accompagner les meilleurs dans le Mur de Grammont. Revenu avec le peloton sur les échappés, il a décroché une belle 5e place.

En plus du froid glacial, les coureurs ont dû composer avec un autre "adversaire". "Comme prévu, la course a été bloquée par le vent (qui soufflait de face). Ce n'était pas facile de faire la différence", explique l'ancien champion du Monde. On a vu beaucoup d'équipes rouler dès le début pour une arrivée massive. Dans le Mur de Grammont, il y a quand même eu une différence. J'étais un peu derrière et puis il y a eu une chute. Je suis resté à l'arrêt pendant quelques secondes et j'ai perdu des places très précieuses."

A l'arrivée, Phil était marqué par les conditions météos. "J'ai les yeux qui brûlent et les lèvres un peu endormies. Ce n'est pas facile d'articuler. Avec le froid, ça piquait vraiment et c'était même difficile de respirer".

Vanmarcke : "Dans le Mur, je me sentais fort"

"Quand Van Avermaet a attaqué dans le Berendries, ce n’était pas un problème de le suivre. J’ai donc pensé que je n’étais pas mal. Dans le Mur, je me sentais fort et j’y suis allé à bloc. Je me suis retrouvé tout seul au sommet avec beaucoup de vent de face. Ce n’était donc pas possible de rester seul devant", a commenté Sep Vanmarcke (Education First-Drapac), deuxième sur la ligne.

Wellens : "J'ai attaqué un peu trop. J'aurais dû attendre le Mur"

Tim Wellens (Lotto-Soudal) a disputé le premier Nieuwsblad de sa carrière. "C'était chouette d'être au départ. L'ambiance était quand même un peu particulière. La course était très dure, mais jambes étaient mortes avant le Mur. J'ai dépensé un peu trop d'énergie parce que je pensais que la course allait exploser un peu plus tôt. C'est resté fermé à cause du vent. J'ai été un peu trop nerveux, j'ai attaqué un peu trop. C'était le mauvais choix. J'aurais dû attendre le Mur". 

Contrairement aux autres, Wellens et les Lotto-Soudal n'ont pas souffert des températures fraîches. "On n'a pas eu très froid. On avait peur du froid. Donc tout le monde dans l'équipe avait mis un peu trop d'habits."

"J'ai bien aimé cette course, les pavés, les routes étroites et la nervosité. C'était une belle expérience. Ça ne veut pas dire que je vais faire toutes les classiques flamandes", a précisé le vainqueur de la Ruta del Sol qui souhaite revenir sur cette course à l'avenir.

Van Avermaet : "Le final a été un peu bizarre"

Présent aux avant-postes, Greg Van Avermaet (BMC), double tenant du titre, s'est finalement classé 50e. "Je suis content de ma condition. J'étais dans le groupe de tête. Le final a été un peu bizarre. Il n'y a eu beaucoup d'attaques mais il n'y a pas vraiment eu de collaboration entre les coureurs. C'est un peu dommage. On était une dizaine après le Bosberg, c'était parfait. Pour moi, c'était impossible d'attaquer. Tous les coureurs étaient dans ma roue. J'étais bien mais pas top. La situation de course et le vent de face, ce n'était pas favorable pour moi".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK