Gilbert : "C'était peine perdue d'anticiper, je n'ai aucun regret après ce Tour de Lombardie"

Philippe Gilbert, deux fois vainqueur du Tour de Lombardie (sur un parcours qui convenait bien mieux à ses qualités de puncheur, en 2009 et 2010), a terminé cette 113ème édition du Giro di Lombardia à une anonyme 54ème place, à plus de six minutes du vainqueur, le Néerlandais Bauke Mollema (Trek-Segafredo).

Pour sa dernière sous les couleurs de la formation Deceuninck-Quick Step (il rejoindra l’équipe Lotto Soudal dès 2020), le Liégeois, vainqueur de quatre courses cette saison (une étape du Tour de la Provence, Paris-Roubaix et deux étapes de la Vuelta), n’a pas eu l’occasion de se mettre en évidence.

"Cette édition a été très rapide et fort contrôlée par les équipes des grimpeurs, a précisé Philippe Gilbert au micro de la RTBF. On a vu Bob Jungels essayer d’anticiper, mais c’était peine perdue. Il fallait attendre et essayer de survivre au Mur de Sormano, mais les vrais grimpeurs ont mis en route là, et il y a eu beaucoup d’écarts. Sur certaines éditions, il y a parfois un regroupement dans la descente, cette année, cela n’a pas été le cas. C’était compliqué, mais je pense qu’il n’y avait que des grimpeurs devant, je n’ai vraiment aucun regret. Sur un parcours comme celui-là, le classement ne ment pas, et chacun est à sa place."

"Je suis quelqu’un d’assez positif, et je retiens donc beaucoup de grands moments, de grandes victoires avec cette équipe, a souri celui qui a remporté le Tour des Flandres et Paris-Roubaix sous les couleurs de la formation de Patrick Lefevere. Ce soir, cela se termine, mais il ne faut pas oublier que je vais continuer à m’entraîner avec ce maillot jusqu’au 31 décembre, même si les compétitions sont finies ! Ce n’est donc pas encore fini."

Wellens : "Je voulais anticiper, j'aurai peut-être un peu plus de chance la prochaine fois"

Tim Wellens (Lotto Soudal) a lui tenté de surprendre les favoris en attaquant en compagnie d'Emanuel Buchmann (Bora-hansgrohe), quatrième du dernier Tour de France. Sans succès.

"J'avais de très bonnes jambes et je voulais anticiper, a dévoilé le leader de la formation Lotto Soudal. Maintenant que la course est finie, je sais que je n'aurais pas dû le faire, mais on doit rouler comme ça quand on vise la victoire ! Aujourd'hui, cela ne m'a pas réussi, mais peut-être que j'aurai un peu plus de chance la prochaine fois. Cela n'a pas hésité derrière moi, ils sont revenus sur moi dans le Civiglio, et j'avais de l'acide dans les jambes."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK