Frank Schleck estime sa suspension "trop sévère"

C'est "trop sévère compte tenu du fait que le Conseil a retenu que j'ai involontairement consommé un produit contaminé. Malheureusement les règles de l'UCI sont telles que même une contamination involontaire suffit pour prononcer une sanction", a ajouté Frank Schleck dans son communiqué.

"Je suis en revanche soulagé que les juges aient reconnu qu'il ne s'agissait pas d'un cas de dopage et qu'il n'y avait aucune volonté de ma part d'améliorer les performances. Ceci est très important pour moi, pour ma famille, pour mon équipe et pour tous ceux qui me soutiennent. Nous allons maintenant analyser la décision en détail et décider de la suite. Je retiens toutefois un élément positif: les juges ont admis que je ne suis pas un tricheur. Je tiens à remercier tous mes amis et tous les supporters qui ont gardé confiance en moi tout au long de ces mois difficiles".

RadioSchack-Léopard a aussi transmis un communiqué "prenant acte de la décision", mais la formation luxembourgeoise se refuse à d'autres commentaires.

La décision rendue mercredi est susceptible d'appel devant le TAS, le Tribunal Arbitral du Sport de Lausanne dans un délai de 21 jours.


Belga

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK