Florian Sénéchal et la Saint-Valentin : " Moi, je peux le dire, j'ai une grande femme derrière moi ! "

Nous sommes le 14 février. Le jour, je ne vous apprends rien, de la Saint-Valentin !

Les sportifs de haut niveau donnent parfois cette impression d'être seuls dans leur bulle, concentrés à 100% sur leurs performances et uniquement sur elles. Mais eux aussi pensent, selon les cas, un peu, beaucoup, à la folie… à l’amour.

Clairement, pour qu'un athlète fasse des résultats, il lui faut, et c'est logique, un équilibre entre sa vie sportive et sa vie privée. Nous en avons parlé avec le cycliste français de l’équipe Deceuninck-Quick Step, Florian Sénéchal.

Souvenez-vous, l’an dernier, quelques semaines avant sa superbe sixième place sur le Vélodrome de Roubaix, il avait remporté à Dour le Grand Prix José Samyn. A peine la ligne d’arrivée franchie, il était tombé, en larmes, dans les bras sa bien-aimée, la (Belge) blonde Margaux. 

Et bien, pendant la récente trêve hivernale, Florian et Margaux se sont mariés. Entre sa passion pour les pavés et son amour… pour la femme de sa vie, le Nordiste a trouvé un bel équilibre.

Florian, on sent que votre mariage vous a marqué. Vous rend-t-il plus fort sur le vélo ?

" Ça m’a vraiment bouleversé émotionnellement et ça m’a rendu, oui, encore plus heureux dans ma vie et dans ce que je fais comme coureur ! Je sais que je peux compter sur une femme qui sera avec moi tous les jours, dans les bons mais aussi dans les pires moments. Le jour de mon mariage était un jour fabuleux avec toute ma famille, tous mes amis. Même le manager de l’équipe Patrick Lefevere était venu. Philippe Gilbert était là aussi. C’était super ! Je ne pensais pas que j’allais autant apprécier ce moment. "

On dit souvent que derrière un grand champion, il y a… une grande femme !

" Oui, c’est vrai… Moi, je peux le dire, j’ai une grande femme derrière moi, ça c’est sûr ! "

C’est vrai que c’est important pour un sportif. Parfois, on a besoin de se confier à quelqu’un. Margaux, c’est la première personne que j’appelle quand ça ne va pas trop moralement.

Ça vous rassure de la savoir là pour vous? Vous êtes souvent en déplacement, en course ou en stage. J’imagine qu’elle vous manque à certains moments. Sa présence, même à distance, vous aide ?

" Elle m’aide beaucoup, tous les jours. Il n’y a pas un jour où elle n’est pas là. Elle est toujours à côté de moi. Et c’est vrai que c’est important pour un sportif. Parfois, on a besoin de se confier à quelqu’un. Margaux, c’est la première personne que j’appelle quand ça ne va pas trop moralement. Et même quand ça va super, c’est elle que je contacte. "  

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK