Evenepoel, pas encore satisfait de son évolution : « Il y a trop de hauts et de bas »

Deceuninck – Quick-Step organisait une conférence de presse juste avant les différents championnats nationaux qui ont lieu ce week-end. C’était l’occasion de revenir sur l’état de forme de Remco Evenepoel, récent vainqueur du Tour de Belgique et qui disputera sur le Tour de Belgique sa dernière course avant les Jeux Olympiques.

Le jeune coureur a en effet connu une modification dans sa préparation comme il l’a confirmé : "On a décidé d’aller en altitude. Ce n’était pas le premier plan mais si j’avais fait un camp tout seul, je n’aurais pas eu de soigneurs avec moi pour préparer à manger, etc. N’avoir personne pour tout organiser, c’est difficile".

Mais avant cela, Evenepoel participera au championnat de Belgique avec l’ambition de ramener le maillot tricolore au sein de l’équipe, quel que soit le vainqueur : "C’est un peu une grande course de kermesse en plus dur avec tous les Belges, donc ça va aller vite. La météo peut être compliquée, avec beaucoup de vent et de la pluie. Ça va être une course typiquement belge. Est-ce que je suis fait pour ça ? Je ne sais pas mais avec l’équipe on va tout faire pour récupérer le maillot qui a passé deux ans chez Alpecin. On doit le récupérer".

Le coureur originaire de Schepdael n’a d’ailleurs de son propre aveu pas encore retrouvé ses meilleures sensations et ne s’est pas senti à 100% lors du chrono disputé mercredi : "Il y a encore du travail pour revenir à mon meilleur niveau. Évidemment, ce n’était pas mauvais puisque j’ai terminé 2e mais j’ai senti qu’il manquait des détails. Il y a de bons jours mais il y a à chaque fois un jour compliqué entre. Ce n’est pas une ligne droite, il y a trop de hauts et de bas. Donc nous travaillons là-dessus pour le moment. C’est ma dernière course avant les JO mais c’est chouette de courir avec tous les Belges. L’année dernière j’ai raté la course. Le départ était proche de chez moi mais cette année c’est près de chez Yves. Donc on sera tous motivé".

Offensif pour récupérer le maillot de leader sur les premières étapes du Tour de Belgique, Evenepoel ne sait pas encore comment il va aborder la course dimanche mais a affirmé que la grande force des Deceuninck – Quick-Step est que le danger pouvait venir de tout le monde. Il n’a par ailleurs pas fait la reconnaissance et fait confiance à Yves Lampaert qui connaît parfaitement la région et persuadé que les clés de la course sont dans les mains du Wolfpack.


►►► À lire aussi : Alaphilippe, vainqueur d’un grand tour ? : " C’est peut-être une chose à laquelle je peux penser "

►►► À lire aussi : Tour de France : Ineos promet l’offensive


 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK