Et si le phénomène du cyclisme n'était pas Evenepoel mais… Tadej Pogacar ?

Tadej Pogacar (à gauche) et Remco Evenepoel (à droite), deux phénomènes du cyclisme mondial.
Tadej Pogacar (à gauche) et Remco Evenepoel (à droite), deux phénomènes du cyclisme mondial. - © Montage RTBF (avec Belga et Belga/AFP)

Le jeunisme du cyclisme se confirme dans ce début de saison 2020. Remco Evenepoel (20 ans) s’est imposé au Tour de San Juan il y a quelques jours. Et le week-end dernier, Tadej Pogacar (21 ans) a marqué les esprits en dominant le Tour de Valence. Ces deux-là semblent promis à une belle carrière. Et Pogacar est peut-être même un cran au-dessus de Remco.

Depuis un peu plus d’un an, les résultats de Remco Evenepoel sont suivis, scrutés et analysés avec minutie. Partout dans le monde, mais particulièrement chez nous, en Belgique. Réflexe patriote et cocardier, logique et compréhensible. D’autant que le jeune garçon possède toutes les qualités du "bon client". Sympathique, détendu, abordable et parfait bilingue, Remco unifie le pays. Alors qu’il était encore un coureur junior, le natif de Schepdael (commune de Dilbeek) possédait déjà un fan-club officiel au sud du pays, dans le Hainaut. Dans nos médias, la moindre information liée à Evenepoel est traitée. Elle répond à une demande du public qui s’est pris de passion pour le coureur Deceuninck-Quick-Step. Il suffit de jeter un œil à l’audience des sujets et articles sur Evenepoel pour s’en rendre compte.

Pogacar un cran au-dessus ?

Mais cette 'Remco Mania' ne nous ferait-elle pas perdre une part d’objectivité ? Car à côté des performances du Belge, d’autres jeunes coureurs éclaboussent les pelotons de leur talent. Egan Bernal (vainqueur du Tour de France 2019), Mathieu van der Poel (ultra-dominateur dans la boue et auteur d’une transition impressionnante sur la route), et un nom peut-être moins ronflant et populaire : Tadej Pogacar. Et si c’était finalement lui le 'vrai' phénomène du cyclisme mondial ?

Le Slovène vient de remporter le classement final du Tour de Valence, une épreuve assez relevée avec les présences de Alejandro Valverde, Dan Martin, Wout Poels, Dylan Teuns, Greg Van Avermaet ou encore Philippe Gilbert. En Espagne, Tadej Pogacar a d’abord fait la différence dans la 2ème étape. Sur une arrivée dans le "style Flèche Wallonne", avec un mur final, Pogacar a placé une accélération très violente dans les 100 derniers mètres et a devancé 'au punch' Valverde et Teuns.

Deux jours plus tard, le leader de l’équipe UAE-Team Emirates a définitivement mis la main sur l’épreuve en levant les bras au bout de l’étape reine. Pogacar est à nouveau le plus fort, cette fois au sommet d’une montée de 5,1 km à 12% de moyenne.

Les carrières et profils de Pogacar et Evenepoel sont comparables. Seize mois séparent les deux coureurs. Tous les deux sont arrivés chez les Pros en 2019. Et quand on se penche dans les chiffres des deux talents, on constate que Pogacar a toujours un léger coup d'avance.     
 

  Tadej POGACAR Remco EVENEPOEL
1ère victoire chez les Pros 21 février 2019 (2ème étape Tour d'Algarve) 13 juin 2019 (2ème étape Tour de Belgique)
Victoires en 2019 8 5
Victoires en 2020 (au 10/02) 3 2


Le coureur slovène est également en avance sur Evenepoel car il a déjà un grand tour de trois semaines dans les pattes. Et quel grand tour... En septembre 2019, il se révèle sur la Vuelta : trois victoires d'étapes, le maillot blanc de meilleur jeune et la troisième marche du podium à Madrid (à 2'55'' du vainqueur Primoz Roglic). Après une seule expérience et au terme de sa première année Pro, Pogacar sait qu'il peut déjà lutter pour une victoire finale sur un grand tour. Remco Evenepoel lui ne le sait pas encore. Il doit encore se tester sur une course aussi difficile et aussi longue. Il découvrira les premières réponses en mai puisqu'il va participer au Giro.   

Remco plus fort sur le chrono

Par contre, dans l'épreuve du contre-la-montre, il n'y a pas photo. Evenepoel est un vrai spécialiste de l'effort en solitaire, là où Pogacar se débrouille sans pour autant claquer des résultats (11ème sur les 36 km du contre-la-montre de la Vuelta). Étonnamment, les deux 'Golden Boy' se sont rarement croisés dans les pelotons Pros. Seulement deux fois l'an dernier : lors de la victoire de Remco à la Clásica San Sebastián et sur la course en ligne des Mondiaux. Cette saison, ils devraient se voir dès les classiques ardennaises. La Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège font partie de leur programme.

Mais à l'avenir, si Evenepoel confirme ses prédispositions sur les grands tours, Tadej et Remco pourraient entretenir une passionnante relation d'adversaires ou de meilleurs ennemis. Sans oublier, bien évidemment, Egan Bernal qui n'a jamais que 23 ans et est actuellement le plus fort. Des coureurs offensifs qui vont régaler les amateurs de cyclisme.              

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK