Deux cyclistes en activité suspendus dans l'opération Aderlass

Kristjan Koren
Kristjan Koren - © MARCO BERTORELLO - AFP

Deux coureurs en activité, le Slovène Kristjan Koren et le Croate Kristijan Durasek, ont été suspendus à titre provisoire pour leur implication dans l'affaire de dopage sanguin Aderlass, a annoncé mercredi l'Union cycliste internationale (UCI).

Le Slovène Borut Bozic et l'Italien Alessandro Petacchi, qui ont raccroché le vélo, sont également visés, selon l'UCI. L'ancien de Milan-San Remo a nié en bloc toute implication. « Je ne connais pas ce Schmidt, je ne l'ai jamais vu. Je n'ai jamais été en visite chez lui, ni en Allemagne, ni ailleurs. Je n'ai jamais fait de transfusion sanguine et je ne sais pas comment mon nom est arrivé dans ce dossier », a déclaré Petacchi, actuellement consultant pour la Rai sur le Giro, dont les déclarations sont relayés par Het Nieuwsblad.

Koren (32 ans), un équipier de la formation Bahrein dont le chef de file est l'Italien Vincenzo Nibali, participait au Giro dont il occupait la 47e place mardi au soir de la 4e étape. Durasek, de l'équipe UAE Emirates, courait pour sa part le Tour de Californie.

Selon le journal organisateur du Giro, la Gazzetta dello Sport, qui cite des "sources proches du dossier", Koren (32 ans) et Bozic (38 ans) seraient concernés pour des faits datant de 2012-2013. Le premier courait alors pour Cannondale, le second, qui compte 21 victoires à son palmarès (dont une étape de la Vuelta 2009) portait les couleurs d'Astana.

Durasek (31 ans), un fidèle de l'équipe de Giuseppe Saronni (Lampre puis UAE Emirates), serait impliqué pour des actions plus récentes. Dans sa carrière, il a principalement gagné le Tour de Turquie 2015.

Bozic, aujourd'hui directeur sportif, et Koren, ont été suspendus provisoirement par Barhain-Merida, leur employeur actuel « en raison de la politique de tolérance-zéro en matière de dopage ». « Nous tenons à souligner que les deux cas concernent les saisons 2012 et 2013. L'équipe effectue toujours des contrôles approfondis (y compris la vérification du passeport biologique) de tous les coureurs sous contrat », explique l'équipe dans un communiqué.

L'affaire qui tourne autour du médecin allemand Mark Schmidt, arrêté le 27 février à son cabinet d'Erfurt (Allemagne), concerne 21 sportifs de huit nationalités et de cinq sports différents, selon l'annonce du parquet de Munich faite le 21 mars.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK